FC Metz : « On a oublié d'où on vient »... Le club lorrain en plein doute après la rouste subie à Strasbourg

FOOTBALL Les Grenats n'ont toujours pas gagné un match cette saison...

Thibaut Gagnepain
— 
Ca va mal pour le FC Metz de Frédéric Antonetti.
Ca va mal pour le FC Metz de Frédéric Antonetti. — Frederick FLORIN / AFP
  • Le FC Metz s’est lourdement incliné 3-0, vendredi soir à Strasbourg, en ouverture de la 6e journée de Ligue 1.
  • Les Grenats ont été dominés dans l’agressivité notamment. Et ont laissé l’image d’une équipe sans idées. Inquiétant ?
  • « ll y a des périodes difficiles dans le foot, comme dans la vie. J’espère qu’il y aura des jours meilleurs », a d’abord préféré positiver Frédéric Antonetti. Sans nier l’évidence. « Bien sûr qu’il y a une inquiétude. On a fait une très mauvaise entame de saison. Si on ne retrouve pas notre solidité, ça va être compliqué. »

Au stade de la Meinau à Strasbourg,

Une petite demi-heure leur a suffi. Arrivée en retard, la plupart des supporters du FC Metz est repartie dès la mi-temps du stade de la Meinau, samedi à Strasbourg. A 3-0 pour le Racing, le spectacle était certainement trop dur à vivre. Surtout avec une équipe lorraine médiocre et débordée par des Alsaciens en état de grâce.

La suite de la rencontre leur a à peine donné tort. Les partenaires de Dylan Bronn ont certes arrêté le massacre mais sans non plus réussir à réduire le score. Pour, à l’arrivée, une correction dans ce derby de l’Est si attendu. Elle pourrait laisser des traces chez les Mosellans vu l’impression laissée. Celle d’une formation sans détermination, ni idée, ni ressorts. Perdue face à l’engagement proposé par un adversaire remonté comme jamais.

« Ils ont mis beaucoup plus d’agressivité que nous », a confirmé l’entraîneur messin Frédéric Antonetti. « Un chiffre est parlant pour ça : le nombre de fautes. » Soit 16 côté alsacien, contre 8 côté lorrain. Dont une première très évitable dès la 4e minute signée Alexandre Oukidja, sorti maladroitement en pleine surface devant Liénard. Penalty, but, la soirée cauchemar venait de démarrer. Elle s’est encore corsée quand Habib Diallo, l’ancien de la maison grenat, a planté son doublé (26e, 40e) pour enfoncer un peu plus le FC Metz dans la crise.

« Bien sûr qu’il y a une inquiétude »

Après six journées, Dylan Bronn et les siens pointent à l’avant-dernière place de Ligue 1, peut-être la dernière dimanche soir, n’ont pas gagné un match et ont encaissé 13 buts. Comme si ça ne suffisait pas, ils accueillent en plus le PSG mercredi soir… « ll y a des périodes difficiles dans le foot, comme dans la vie. J’espère qu’il y aura des jours meilleurs », a d’abord préféré positiver Frédéric Antonetti. Sans nier l’évidence. « Bien sûr qu’il y a une inquiétude. On a fait une très mauvaise entame de saison. Si on ne retrouve pas notre solidité, ça va être compliqué. »

Un retour aux bases qui passera aussi par un changement d’état d’esprit, à en croire le technicien. « Faut pas oublier d’où on vient et je pense qu’on l’a un peu oublié… »