Euro 2021 : Ceferin « ne soutiendra plus » un Euro organisé dans plusieurs pays et reconnait des disparités

FOOTBALL Entre écologie, difficultés logistiques pour les équipes et leurs fans et règles sanitaires, le président de l'UEFA reconnait une forme d'injustice dans l'organisation de l'Euro 2020

X. R.
— 
Aleksander Ceferin a préféré attribuer l'Euro 2024 à l'Allemagne.
Aleksander Ceferin a préféré attribuer l'Euro 2024 à l'Allemagne. — Action Press/Shutterstock/SIPA

« Je pense que c’est trop difficile, et d’une certaine manière injuste que certaines équipes doivent parcourir plus de 10.000 kilomètres et les autres 1.000 par exemple. » Alleluia. A la veille de la finale de l’Euro 2021, le président de l' UEFA Aleksander Ceferin a enfin formulé tout haut ce que tous les fans, les journalistes et les membres des délégations disent depuis le début de la compétition.

Dans une interview diffusée vendredi par la BBC, Ceferin enterre donc la possibilité de revoir sous son mandat la formule d’un Euro disséminé à travers le continent, voulue et organisée par Michel Platini pour célébrer les 60 ans de la compétition. « C’est une idée intéressante mais difficile à mettre en œuvre. Je ne pense pas que nous le referons. »

Le président de l’UEFA pointe l’inéquité de ce dispositif, notamment pour les fans qui « devaient être à Rome, puis à Bakou le lendemain ou quelques jours plus tard avec un vol de quatre heures et demie ». Beaucoup de ses détracteurs ont notamment pointé que l' Angleterre avait joué la quasi-intégralité de la compétition (6 matchs sur 7) à domicile dans son stade de Wembley, et que les quatre demi-finalistes ont disputé la phase de poule chez eux.

En cette période de pandémie de coronavirus, les déplacements de supporters ont d’ailleurs été fortement limités par les restrictions sanitaires des différents pays, l’Angleterre refusant notamment d’accueillir des étrangers lors du Final Four. Beaucoup ont vu dans cette décision une volonté de « privatiser » la finale au profit des Three Lions. Les conséquences écologiques de ces nombreux et longs déplacements des sélections nationales ont également été pointées du doigt.