Girondins de Bordeaux : Gérard Lopez a fait une offre pour racheter les Marine et Blanc

FOOTBALL L’ancien propriétaire et président du LOSC a envoyé ce lundi soir une première offre à la banque d’affaires Rothschild

Clément Carpentier

— 

Gérard Lopez pourrait faire une offre pour racheter les Girondins.
Gérard Lopez pourrait faire une offre pour racheter les Girondins. — FRANCK FIFE / AFP
  • Intéressé par la reprise des Girondins, Gérard Lopez a fait une offre de rachat à King Street, le fonds d’investissement propriétaire du club.
  • Quelques mois après son éviction du LOSC, l’homme d’affaires est soutenu dans son projet par un fonds d’investissement mais il investirait aussi de l’argent de sa fortune personnelle.
  • Entre sa gestion financière très critiquée et sa réussite sportive à Lille, sa candidature interroge dans le microcosme bordelais.

Que ce soit en bien ou en mal, l’évocation simple de son nom fait toujours beaucoup parler dans le milieu. Gérard Lopez laisse rarement insensible. Alors évidemment depuis ce week-end et son apparition dans la liste des candidats au rachat des Girondins de Bordeaux, les débats sont animés entre les amoureux du club au scapulaire. « Il a zéro complexe », glisse tout de suite un fin connaisseur du football français à 20 Minutes et c’est d’ailleurs, peut-être, la plus grande force de l’homme d’affaires hispano-luxembourgeois. Quelques mois seulement après son départ mouvementé des Dogues, il serait en effet déjà prêt à faire son retour au premier plan, rapporte L’Equipe.

Alors est-il vraiment candidat au rachat des Marine et Blanc ? Une ambiguïté demeure. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il n’a pas suivi la voie classique auprès de Rothschild pour racheter le club comme l’explique Sud Ouest. Il n’a pas envoyé de lettre d’intention et surtout n’a fait aucune offre à ce stade contrairement à d’autres candidats. Non, lui, c’est carrément la banque d’affaires chargée de la vente qui est venue le chercher ! « Ils ont fait cela car ils ont sûrement à leur goût peu de candidats crédibles. Leur job est d’optimiser la vente pour leur client, donc de rechercher des acheteurs. C’est tout à fait leur droit et parfaitement normal », explique un proche du dossier.

Une première offre 

Cette approche, Gérard Lopez n’y est pas resté insensible. Depuis son départ du LOSC, celui qui est dejà propriétaire de Mouscron (Belgique) et Boavista (Portugal) cherche à racheter un club. Et Bordeaux, il connaît très bien puisqu’il s’était intéressé de très près aux Girondins il y a quelques années avant de prendre finalement la direction du nord en 2017.

Ce lundi, l’homme d’affaires a décidé de se lancer. Il a envoyé une première offre à Rothschild. Lui qui connaît parfaitement le monde de la finance et particulièrement celui des fonds d’investissement n’est pas un inconnu pour Fortress et King Street, le propriétaire des Girondins de Bordeaux. Gérard Lopez est d’ailleurs soutenu par un fonds d’investissement dans son projet, mais il investira aussi de l’argent de sa fortune personnelle, précise son entourage.

Une gestion financière critiquée à Lille

Sa candidature fait bien sûr grincer des dents dans le microcosme bordelais. Tout d’abord, les fonds d’investissement ne sont pas les bienvenus après la bérézina des Américains depuis 2018. La fin de son aventure lilloise risque aussi de lui coller à la peau même si ses proches rappellent inlassablement qu’il a laissé le club « sans une ligne de crédit auprès d’une banque et que l’effectif de cette saison a une valeur de 300 millions d’euros ».

Sa gestion financière du LOSC a très souvent été pointée du doigt (les Dogues doivent faire aujourd’hui avec une dette de 100 millions d’euros) et il a fini par être écarté par ses investisseurs l’hiver dernier. « Il y aura sûrement beaucoup d’effets de levier dans son projet, explique un autre candidat, mais contrairement à d’autres dossiers, Lopez a de la crédibilité dans la gestion d’un club. » Et surtout ses détracteurs ne peuvent pas remettre en cause sa réussite sportive.

Peut-il reconstituer l’attelage lillois ?

S’il s’est tout d’abord trompé avec Marcelo Bielsa au point d’être au bord de la relégation lors de la saison 2017-2018, les Lillois ont ensuite terminé deuxième, puis quatrième du championnat sous sa présidence et il a sa part de réussite dans le titre de champion de France de cette saison. Christophe Galtier l’a rappelé de maintes fois ces dernières semaines.

Pour l’instant, il est difficile de savoir avec quelle équipe sportive Gérard Lopez pourrait venir. Peut-il reformer le même attelage qu’à Lille avec Galtier et surtout Luis Campos, considéré aujourd’hui comme peut-être le meilleur directeur sportif au monde ? Le premier est en partance pour Nice alors que le nom du second circule du côté d’Arsenal, du Real Madrid ou encore du PSG. Mais l’ancien patron des Dogues est resté proche des deux hommes. A ce stade, son entourage refuse de répondre à cette question. Une chose est sûre s’il se positionne formellement sur le rachat des Girondins de Bordeaux dans les prochaines heures, l’homme d’affaires ne viendra pas trier les lentilles comme dirait l’autre.

Quillot a rencontré Anziani

L’ancien directeur général de la Ligue de Football Professionnelle, Didier Quillot, lui aussi candidat à la reprise des Girondins avec des investisseurs français et anglo-saxons était à Bordeaux ces derniers jours. S’il a peut-être aperçu les banderoles des Ultramarines, le plus grand groupe de supporteurs bordelais, hostiles à sa venue, il a surtout rencontré Alain Anziani, le président de Bordeaux Métropole. Ce dernier est partie prenante du dossier puisque copropriétaire du Matmut Atlantique. Didier Quillot a pu présenter son projet. Il fera la même chose dans les prochains jours auprès du maire de la ville, Pierre Hurmic.