RC Strasbourg : Dimitri Liénard écrit une lettre d'adieu à son ami Jérémy Grimm

FOOTBALL Les deux joueurs ont évolué ensemble pendant sept saisons

T.G.

— 

L'image date un peu. En mai 2017, Dimitri Liénard signe des autographes avec son ami Jérémy Grimm (à droite).
L'image date un peu. En mai 2017, Dimitri Liénard signe des autographes avec son ami Jérémy Grimm (à droite). — B. Poussard / 20 Minutes

Sept saisons ensemble, ça crée des liens. Dimitri Liénard et Jérémy Grimm étaient plus que de simples coéquipiers au RC Strasbourg. Il n’était pas rare de les voir arriver dans la même voiture à l’entraînement, témoignage d’une réelle amitié.

Alors quand « Mister Liénard » a appris que le contrat de « Grimlins » n’était pas reconduit, il lui a écrit une lettre. Après, quand même quelques hésitations « parce que dans notre milieu, on n’affiche pas trop ses sentiments », a-t-il expliqué aux Dernières Nouvelles d'Alsace.

Dans ce courrier, le milieu offensif lui dit « merci pour tous ces moments passés ensemble ». Depuis 2003, donc, lorsque le duo s’est découvert en National. Avant de gravir les échelons jusqu’en Ligue 1 et ce triomphe en Coupe de la Ligue l’an dernier.

« Tu peux être fier de toi »

« Des souvenirs, j’en ai plein la tête. Par exemple, je me souviens de cette mi-temps à Bourg-Péronnas où tu es sorti de tes gonds. Toi, mon « Grimlins » qui est si calme et si doux, tu m’as laissé bouche bée », écrit le n°11 du Racing, avant de rendre hommage, aussi, au footballeur qu’est Grimm. « Je me rappelle également ce fameux match contre Lyon (3-2 en mai 2018) où tu avais été excellent face à Nabil Fekir […] Sans toi dans cette aventure, je ne serais certainement pas là. »

La lettre de Dimitri Liénard à Jérémy Grimm.
La lettre de Dimitri Liénard à Jérémy Grimm. - Dimitri Liénard

Les deux poursuivront donc leur chemin chacun de leur côté. Liénard au Racing au moins encore cette saison, Grimm ailleurs, sa destination n’étant pas encore connue. « Je pourrais écrire des lignes entières sur notre belle aventure, tu peux être fier de toi, en tant qu’Alsacien, tu as su représenter ta région et ses valeurs, conclut « Dim ». […] Je sais que le jour où tu reviendras, la Meinau t’accueillera comme un roi. Grimlins, comme on dit chez vous : Jetzt geht’s los »