PSG-Dortmund : Au bar, dans le canap, au pied du stade... Comment les refoulés du Parc vont vivre ce match à huis clos

FOOTBALL Les 45.000 personnes privées de PSG-Dortmund ont dû se rabattre sur des solutions moins emballantes pour suivre le 8e de finale retour de C1 contre Dortmund

Aymeric Le Gall

— 

Les Ultras du PSG devraient se rassembler près du Parc des Princes à l'occasion de la réception de Dortmund à huis clos.
Les Ultras du PSG devraient se rassembler près du Parc des Princes à l'occasion de la réception de Dortmund à huis clos. — Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP
  • Le 8e de finale retour de Ligue des champions entre le PSG et Dortmund va se jouer mercredi soir dans un Parc des Princes à huis clos. 
  • Ces mesures ont obligé les détenteurs de billets à se rabattre sur d'autres solutions, forcément moins sexy. 

Un seul virus vous hante et tout est dépeuplé. Ça faisait des mois qu’Eric et ses potes avaient coché ce 8e de finale PSG-Dortmund​ sur leur calendrier, point d’orgue de la saison pour un club habitué à sauter de la Ligue des champions avant les quarts de finale. S’abonner au Parc et rater le plus gros match de l’année revient, pour les cinéphiles, à prendre sa carte UGC à l’année pour se farcir les pires comédies françaises et se voir interdit de salle le jour de la sortie de Parasite.

Cette mesure de huis clos leur chatouille donc les intestins. « On est forcément dégoûtés par la nouvelle car chaque année on attend ce type de match avec impatience… Mais on s’y était préparé depuis quelques jours », admet Eric, mi-philosophe, mi-résigné. Comme les 45.000 supporters qui pensaient vivre une super fête au stade mercredi soir, ce fidèle du virage Auteuil a activé son groupe de discussion spécial « PSG » sur Facebook pour trouver un plan B.

Après avoir un temps songé à se rendre au pied du Parc pour encourager les joueurs depuis l’extérieur de l’enceinte, la bande a depuis revu son jugement. « On s’est dit que ça serait galère pour voir le match, à moins que chacun le regarde sur son téléphone devant le stade. Du coup on a opté pour le combo classique apéro/match chez un pote », glisse-t-il. Un ami abonné à RMC Sport, évidemment, puisque la ministre des Sports Roxana Maracineanu a échoué à convaincre le diffuseur officiel de passer exceptionnellement le match en clair.

Soirée plage-foot à Pantin

Avec le rendez-vous au bar, la soirée à la maison devrait être la solution partagée par la plupart des refoulés du Parc. Sinon, la bande d’Ultimo Diez, ce site d’information footballistique indépendant, organise une soirée spéciale « PSG-Dortmund en transat » à la Sand Fabrik de Pantin. Dans une immense salle de 1.600m², les convives pourront regarder le match les pieds dans le sable à l’occasion d’un événement « aussi décalé que déjanté » si l’on en croit leur page Facebook.

« C’est un événement qu’on met en place depuis deux mois, nous dit Maxime, le cofondateur du site. On l’a annoncé il y a une dizaine de jours mais on n’imaginait pas que la crise sanitaire ferait ce que je vais appeler de la publicité malheureuse à notre soirée. » Depuis l’annonce officielle du huis clos lundi matin, « j’ai le téléphone qui chauffe pas mal ! », se marre-t-il. Pas impossible en effet que cette soirée gagne en popularité après la décision du préfet de Paris de fermer les portes du Parc aux supporters.

« Pour ceux qui devaient aller au match, c’est sûr que ce ne sera pas la même ambiance qu’au stade, mais on va faire en sorte que ce soit chaleureux et que les gens passent un bon moment », poursuit-il. Craint-il que cette mesure préventive des autorités ne fasse péter les réservations ? « Non, répond Maxime. On avait tout prévu en amont, il y aura de la sécu, tout est fait pour que chacun puisse regarder le match dans de bonnes conditions. La salle peut contenir 300 à 350 personnes maximum. Mais si on atteint ça, ça sera déjà formidable. »

Tous devant le Parc et advienne que pourra

Enfin, on ne peut pas non plus exclure que les abords du Parc des Princes soient quand même animés par les ultras du PSG. « Si on peut demander à tous les supporters de pousser l’équipe tout autour du stade, c’est qu’on va faire, affirmait ainsi Romain Mabille, l’un des leaders du Collectif Ultras Paris au micro d’Europe 1. Je ne sais pas comment on va se caler, on ne veut pas pousser les gens à foutre le bordel, mais il est important que les supporters viennent autour du stade pousser l’équipe et qu’ils nous entendent ! ».

Ce sera le cas de Tom, 22 ans, habitué du Parc des Princes. « Ma priorité, avant d’apprendre pour le huis clos, ce n’était pas seulement de prendre du plaisir et partager ce moment avec mes potes, mais également de donner de la force à nos joueurs pour qu’ils se transcendent pour aller chercher la qualification. J’ai vu sur Twitter que des supporters du PSG et le CUP veulent faire un cortège jusqu’au Parc avant le match et peut-être rester pendant le match pour donner de la voix. Je suis super chaud pour le faire ! ».

« Une déclaration a été faite auprès des services de la préfecture de Police pour un rassemblement devant la tribune d’Auteuil par le CUP. La préfecture de Police a prévu un dispositif adapté pour sécuriser ce rassemblement », nous confirme-t-on du côté du Quai d’Orsay. Quelques heures plus tôt, la ministre des Sports avait laissé entendre qu’elle ne s’opposerait pas à cette idée, tout en restant évasive sur les conditions de rassemblement. « J’ai de l’empathie pour tous les supporteurs qui devront mettre leur ferveur de côté, mais nous faisons appel à leur responsabilité collective, déclarait Roxana Maracineanu mardi matin lors d’une conférence de presse. Si on leur interdit l’accès au stade, ce n’est pas pour le plaisir. Se rassembler, pourquoi pas, mais en faisant attention aux règles de sécurité ».

Le problème avec l’interdiction de rassemblement de plus de 1.000 personnes est qu’il sera difficile pour les services de police d’anticiper. Il est impossible à l’heure actuelle de dire combien de supporters répondront à l’appel du CUP. Ils ne devraient d’ailleurs pas pouvoir accéder à moins de 700 m du stade. Pas sûr, dans ces conditions, que les joueurs entendent quoi que ce soit des chants de leurs ultras, aussi forts soient-ils.