«J'avais tout préparé»... Adebayor raconte comment il a failli se suicider à Metz

CONFESSION Le Togolais Emmanuel Adebayor est revenu sur un épisode douloureux de son début de carrière

A.L.G.

— 

L'attaquant togolais de Manchester City Emmanuel Adebayor le 21 octobre 2010 face au Lech Poznan.
L'attaquant togolais de Manchester City Emmanuel Adebayor le 21 octobre 2010 face au Lech Poznan. — PINEGAR/THE SUN/SIPA

Il y a quatre ans de ça, Emmanuel Adebayor avait avoué avoir traversé une période très compliquée au début de sa carrière professionnelle à Metz, au point d’envisager de mettre fin à ses jours.

Aujourd’hui, à 35 ans, l’ancien buteur d' Arsenal ou de Manchester City désormais à l’Istanbul Basaksehir a accepté de revenir sur cet épisode douloureux et d’en dire plus dans une longue interview passionnante accordée au Daily Mail.

« Qu’est-ce que je fais ici ? »

« J’avais 16 ans, je voulais aider ma famille, mais elle me mettait trop de pression. Là-bas (au Togo) quand on est pauvre, tout le monde l’est et on est tous solidaires les uns des autres. Les gens pourraient prendre une balle pour toi. Mais quand tu réussis, c’est comme si tu devais tout à tout le monde. Je gagnais 3.000 euros par mois et ils voulaient une maison à 500.000 euros. Le club n’était pas content de mon comportement à l’époque. Je me souviens de m’être assis au bord de mon lit un soir et je me suis demandé "Qu’est-ce que je fais ici ? Personne n’est content de moi, quel est l’intérêt de vivre ?" », a-t-il confié au journaliste.

« Alors, je suis descendu à la pharmacie en bas de chez moi, j’ai acheté plusieurs boîtes de médicaments, a poursuivi l’international togolais. Ils ne voulaient pas me vendre tout ça mais j’ai dit que c’était pour une association caritative au Togo. J’ai fait toutes les préparations, j’étais prêt à partir. Mais j’ai appelé mon meilleur ami à minuit. Il m’a calmé, m’a dit que j’avais beaucoup de choses à faire et le potentiel pour changer des choses en Afrique. Cela m’a fait réfléchir. Je me suis dit que Dieu devait avoir un plan pour moi. »