OL-Barcelone: «Si on n'y croit pas maintenant»… Lyon peut-il vraiment viser un exploit au Camp Nou?

FOOTBALL En accrochant dans la douleur le nul (0-0), mardi contre le Barça, l'OL conserve des chances de marquer l'histoire, dans trois semaines en Catalogne

Au Parc OL, Jérémy Laugier

— 

Les Lyonnais savent qu'ils ont fait la bonne opération du soir au vu de l'énorme domination catalane.
Les Lyonnais savent qu'ils ont fait la bonne opération du soir au vu de l'énorme domination catalane. — JEFF PACHOUD / AFP
  • Sur un fil défensivement, surtout dans une deuxième période à sens unique, l’OL est parvenu à conserver le nul (0-0), mardi face au Barça, en 8e de finale aller de la Ligue des champions.
  • Plusieurs joueurs ont insisté après la rencontre sur les chances lyonnaises de réaliser l’exploit, dans trois semaines au Camp Nou.

34. Voici la stat du soir, à savoir le pourcentage d’équipes s’étant qualifiées dans une Coupe d’Europe après avoir obtenu un nul (0-0) à domicile (800 précédents depuis près de 40 ans), d’après L’Equipe. Certains supporters de l'OL ont peut-être passé la nuit à retourner ce pourcentage dans tous les sens, afin de déterminer si ce 8e de finale retour de la Ligue des champions, le 13 mars au Camp Nou, s’accompagne d’un véritable suspense. On ne va pas se mentir, au vu des espaces quasi suicidaires laissés en début de match dans les zones de Lionel Messi et Ousmane Dembélé, il est plus qu’appréciable pour Lyon de boucler la soirée ainsi. A savoir avec une chance sur trois de signer un exploit retentissant à Barcelone et de se hisser en quart de finale.

« On voit la coupe à moitié pleine, reconnaît Anthony Lopes, toujours aussi rassurant et décisif dans son but. On a subi, surtout en deuxième période, mais nous avons été très solidaires et très costauds. » C’est bien beau tout ça, surtout la prestation défense XXL de Jason Denayer, mais Lyon peut-il réellement espérer résister encore à pareille marée, qui plus est dans l’antre catalan ? Jugez plutôt : le Barça a cumulé mardi 59 % de possession de balle, 24 tirs tentés à 5 et 622 passes réussies à 345.

« Ne pas marquer ne nous arrive pas souvent », constate Clément Lenglet

Une mainmise totale, surtout après le repos, qui aurait dû permettre aux Blaugranas d’avoir quasiment bouclé la qualif à Décines. Mais les hommes d’Ernesto Valverde ont manqué des wagons d’occases, surtout via le trio d’attaque vedette. Luis Suarez et sa malédiction des matchs à l’extérieur (quasiment trois ans et demi sans marquer en Ligue des champions) en tête. « Ne pas marquer ne nous arrive pas souvent, constate Clément Lenglet, le défenseur tricolore du Barça. C’était un jour un petit peu sans. »

A écouter Anthony Lopes, Bruno Genesio n’avait pas vraiment prévu de plan plus ambitieux sur cette manche aller : « L’essentiel, c’était de ne pas encaisser de but et on l’a fait avec une solidité défensive et un bloc équipe très compact. Tout est ouvert et encore jouable pour le retour. » En clair, l’idée était surtout de ne pas se découvrir au Parc OL, de profiter de la période moyenne du Barça (deux buts inscrits sur les trois précédentes rencontres) pour avoir une chance de jouer la qualif au retour.

« On a réussi à tenir tête au grand Barça »

Et certainement pas d’enflammer la rencontre comme l’a par exemple fait l’Ajax Amsterdam la semaine passée contre le Real Madrid (1-2). Bruno Genesio était d’ailleurs plutôt satisfait du déroulé du match.

« Il faut souligner le courage que les joueurs ont eu d’avoir si bien défendu. L’équipe progresse et prend de la maturité. On aurait certainement perdu ce match l’année dernière. C’était un premier 8e de finale de Ligue des champions pour la plupart d’entre nous. Ce n’était donc pas un match facile à préparer mais on est encore en vie. On a réussi à tenir tête au grand Barça. »

« C’est bien, mais la fierté, ça sera de passer »

Ce constat, après le 0-0 de mardi, provoque-t-il une fierté dans le groupe ? « C’est bien, mais la fierté, ça sera de passer, d’aller chercher une qualification au Camp Nou », répond spontanément Anthony Lopes.

Exactement la mentalité qu’on attend de la part de ce groupe, afin d’éviter le frustrant concept de « la défaite honorable » ayant accompagné tant d’éliminations françaises en Europe. Remarquable mardi au Parc OL, en présence de Guy Stéphan qui plus est (tiens, tiens…), Léo Dubois va dans le même sens.

« Ils ont l’expérience mais on a la fougue »

« Nous avons peut-être été un peu trop scolaires parfois, estime le latéral droit lyonnais. Mais on ne prend pas de but et on se laisse toutes les chances au retour. Si on n’y croit pas maintenant, on n’y croira jamais. On sait que ça va être compliqué mais on a un gros espoir et on va tout donner là-bas. Ils ont l’expérience mais on a la fougue. Il faudra provoquer notre chance, notre destin. Croyons en nos équipes françaises, comme l’a dit Mbappé. »

On ne va pas vous faire le coup de l’interview sortie du bois au meilleur moment mais vous captez l’idée ? Après tout, en ajoutant à Barcelone le retour de suspension de Nabil Fekir et le fait que Memphis Depay pourra difficilement être moins influent dans le jeu que mardi, on se surprendrait presque à scruter les adversaires potentiels pour l’OL en quarts.

P.-S. : Team premier degré s’abstenir pour la chute.