OL-Strasbourg: Un objectif majeur disparaît déjà pour les Lyonnais, coiffés au poteau par un Racing très réaliste

FOOTBALL Surpris par Strasbourg dans son antre (1-2), l'OL vient déjà de perdre un trophée potentiel, ce mardi en quarts de finale de la Coupe de la Ligue…

Jérémy Laugier

— 

Memphis Depay et l'OL ont vécu une bien mauvaise soirée contre le Racing.
Memphis Depay et l'OL ont vécu une bien mauvaise soirée contre le Racing. — JEFF PACHOUD / AFP
  • Déterminé à remporter un trophée cette saison, Bruno Genesio doit déjà tirer un trait sur la Coupe de la Ligue.
  • L’OL a en effet été battu par Strasbourg (1-2), ce mardi, dès les quarts de finale de l’épreuve.

Comme contre Guingamp (2-2, 3-4 aux tirs au but) en 2017, l’OL a vécu à domicile une surprenante contre-performance ce mardi en Coupe de la Ligue. Peu inspirés et maudits après avoir trouvé à trois reprises les montants adverses, les Lyonnais ont quitté dès les quarts de finale la compétition contre Strasbourg (1-2).

  • Les cinq minutes maudites de l’OL

Les Lyonnais n’avaient pas proposé grand-chose jusqu’à la 43e minute de jeu. Mais ils ont trouvé le moyen d’enchaîner avant le repos deux tirs sur les montants de Bingourou Kamara, entre Martin Terrier et sa « spéciale » en enroulé du pied droit, puis Memphis Depay à l’entrée de la surface. Et surtout Nabil Fekir a encore manqué un penalty déterminant (45e+3). A l’image de sa frappe à côté mardi, le capitaine lyonnais a échoué dans quatre de ses huit tentatives depuis ses débuts avec les pros. Ces cinq minutes maudites ont coûté très cher à l’OL.

  • L’implacable réalisme du Racing

38 % de possession de balle et un seul tir… sur un penalty de Ludovic Ajorque litigieux pour un contact entre Jonas Martin et Kenny Tete (0-1, 26e). Malgré la sortie sur blessure dès la 15e minute de l’un de leurs principaux atouts, Kenny Lala, les Strasbourgeois ont livré un modèle de première période au niveau du réalisme.

Solides et cohérents durant toute la rencontre, ils sont parvenus à reprendre l’avantage sur un puissant coup de tête de Lamine Koné (1-2, 52e), trois minutes après l’égalisation de Bertrand Traoré. Seul Adrien Thomasson a croqué une véritable opportunité au bout d’une contre-attaque parfaitement menée (69e). Trois tirs cadrés et deux buts au final pour le Racing, décidément tombeur de gros morceaux dans cette Coupe de la Ligue, après le Losc et l’OM.

  • L’OL fait un blocage dans les coupes

Incapable de vraiment déséquilibrer la défense alsacienne, l’OL a semblé maudit en trouvant une troisième fois le poteau sur un coup franc de Nabil Fekir. A l’affût, Martin Terrier a manqué un face-à-face crucial avec Bingourou Kamara (74e).

Moussa Dembélé et à nouveau Nabil Fekir n’ayant pas plus de réussite, les Lyonnais ont une nouvelle fois quitté prématurément les coupes. Depuis sa finale de Coupe de la Ligue perdue en 2015 (1-2 contre le PSG), l’OL n’a jamais atteint le dernier carré d’une coupe nationale. Privés de titre depuis sept ans, les supporters s’impatientent sérieusement.