Bordeaux-Nîmes: Ricardo, un entraîneur réduit au silence faute de diplôme

FOOTBALL Le nouveau manager des Girondins va devoir se tenir à carreau sur le banc de touche…

Clément Carpentier

— 

Ricardo va vivre sa première sur le banc depuis son retour aux Girondins.
Ricardo va vivre sa première sur le banc depuis son retour aux Girondins. — Georges Gobet / AFP
  • Ricardo va vivre son premier match en tant qu’entraîneur des Girondins depuis son retour à Bordeaux.
  • Il va devoir respecter quelques règles bien précises car il n’a pas de diplôme d’entraîneur.
  • Une situation forcément complexe à gérer pour le coach bordelais.

Au fait, c’est qui l’entraîneur des Girondins de Bordeaux ? Poyet ? Bedouet ? Ricardo ?  Après les évènements des dernières semaines, on peut en effet se demander à l’image de Francis Gillot « qui est le patron ? » dans ce club. Et pourtant, il serait temps de savoir puisque la Ligue 1 reprend ses droits, ce dimanche (17h), avec la réception du Nîmes Olympique au Matmut Atlantique pour les Bordelais.

Le duo Ricardo - Bedouet est de retour comme à la bonne époque en 2006.
Le duo Ricardo - Bedouet est de retour comme à la bonne époque en 2006. - MAARTJE BLIJDENSTEIN / AFP

Mais finalement, il y a peu de doutes notamment depuis l’arrivée du Brésilien, il y a une dizaine de jours. Car si dans la forme, il est le manager général du club, dans les faits, c'est bien le nouvel entraîneur des Girondins. Preuve en est si besoin: le club a tenté d'obtenir une dérogation de l’Unecatef pour permettre à Ricardo d’entraîner normalement malgré son absence de diplôme. Réponse du syndicat des entraîneurs « c'est non ! » 

Des règles très précises à respecter

Une décision que Stéphane Martin préfère prendre aujourd'hui avec ironie :

On a pris acte qu’il n’était pas assez expérimenté (rires). Quand il gagnera un peu en expérience, on veillera peut-être à ce qu’il ait une équivalence de diplôme. Ne vous inquiétez pas pour lui. On lui trouvera une place assise de qualité. Peut-être même qu’on lui donnera un café et un sandwich mais a priori, oui, il sera sur le banc.

Si de nombreuses personnalités du football français se sont émus de ce refus étant donné la carrière du Brésilien, l'Unecatef n'a pas revu sa décision. Une décision qui n'est pas sans conséquence pour Ricardo :

- Il ne pourra pas se lever du banc de touche

- Il ne pourra pas parler aux arbitres

- Il ne pourra pas tenir les conférences de presse d’avant et d’après-match

Alors forcément, « ça change pas mal de choses, pour Francis Gillot, car il devra toujours passer par Éric Bedouet (l'entraîneur officiel, inscrit sur les feuilles de match). Il va forcément perdre en efficacité dans ses consignes. C’est comme quand un entraîneur passe par un interprète à l’étranger. C'est clairement un handicap ». Son absence physique au plus près du terrain pourrait aussi gêner certains joueurs.

Comment faire passer au mieux ses messages ?

En revanche « ça évitera à Ricardo de dire des mots doux aux arbitres et d’être envoyé en tribune comme moi », s’amuse l’ancien coach des Marine et Blanc. D’ailleurs, il conseille au Brésilien de s’installer directement dans les gradins car « on voit mieux et avec une oreillette, c’est très simple aujourd’hui ». Finalement, ce qui inquiète plus Francis Gillot, c’est l'interdiction d’aller devant la presse. Pourquoi ?

Avant et surtout après les matchs, les entraîneurs cherchent souvent à faire passer des messages aux joueurs ou aux dirigeants. Et là, l’intonation de la voix, le caractère de chacun jouent un rôle important. Pas sûr du tout que Ricardo et Bedouet se ressemblent pour le coup.

Il va donc falloir vite se régler sur la même fréquence pour éviter tout quiproquo pour les deux hommes car un peu de calme en coulisse en ne ferait vraiment pas de mal aux Girondins. 

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux: «Ce sera encore plus facile que la première fois pour Ricardo», promet Wendel

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux: Manager, santé, style de jeu… Ricardo va vite devoir lever certains doutes

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux : «Le FCGB n’est pas un produit financier», les Ultramarines déploient des banderoles hostiles au rachat du club