Greffe de foie: «Je n'ai rien à cacher», le cousin d’Eric Abidal prend la parole et assure être le donneur

FOOTBALL Face à la polémique qui enfle, le cousin d’Abidal est sorti du silence pour donner sa vérité…

A.L.G. avec AFP

— 

Eric Abidal.
Eric Abidal. — LOUISA GOULIAMAKI/AFP

Face à la polémique née autour de la greffe de foie d’Eric Abidal, Gérard Armand, son donneur (qui est aussi un cousin éloigné), a tenu à réagir pour expliquer qu’il n’avait pas touché « un centime » dans le cadre de cette opération.

« Rien, pas un centime ! Comment peut-on s’interroger là-dessus ? Moi j’ai simplement donné mon organe pour sauver un membre de ma famille. Je n’ai pas réfléchi. C’était une bonne action, toute simple comme n’importe qui le ferait pour aider un proche malade », explique Gérard Armand dans un entretien à la Dépêche du Midi.

Le parquet espagnol a annoncé lundi avoir demandé la réouverture de l’enquête sur cette greffe du foie après la publication d’informations sur un éventuel trafic d’organes. Cette décision intervient alors que l’organisation espagnole chargée du don d’organes (ONT) avait déclaré mi-juillet la greffe d’Abidal « conforme à la loi ».

Le cousin prêt à collaborer avec la justice

Avec la naissance de la polémique et l’ampleur qu’a pris cette affaire, il s’est même demandé si on ne l’avait pas ouvert pour rien. Aussi a-t-il fait faire une échographie pour en avoir le cœur net : « À force de lire ces histoires de trafic, de magouille, je me suis demandé si on ne m’avait pas ouvert pour rien… On m’a bien prélevé une partie de mon foie. »

Quant à l’enquête ouverte par le parquet de Barcelone sur la greffe, le donneur se dit prêt à collaborer. « Je répondrai à toutes les questions. Je n’ai rien à cacher. Je veux simplement qu’on me laisse tranquille », assure-t-il.