Zidane en embuscade des Bleus? «Il sera sélectionneur à un moment, ça arrivera quand ça arrivera», répond DD

FOOTBALL Il y a comme un éléphant dans la chambre...

B.V.

— 

Didier Deschamps en conférence de presse à Clairefontaine, le 23 mai 2018.
Didier Deschamps en conférence de presse à Clairefontaine, le 23 mai 2018. — FRANCK FIFE / AFP

 

On ne va pas se le cacher, depuis l'annonce de la fin de règne de Zizou au Real Madrid, on attendait qu'une chose: la réaction de Didier Deschamps. Parce que même si personne ne peut l'affirmer, l'ombre de Zizou rode désormais qu'il est chômage autour du poste de sélectionneur des Bleus. Et qu'on se demande même si, en cas de mauvaise performance de la France à la Coupe du monde, si Zidane pourrait être le prochain boss dès août prochain.

Alors, Didier Deschamps est-il un peu gêné par le souffle qu'il sent dans sa nuque ? Est-ce une pression supplémentaire sur lui ? « Il faudrait déjà que la pression existe à la base, répond-il. Vous savez comment je fonctionne, avant le Mondial 2014 et l'Euro 2016 il y avait un peu les mêmes questions... Aujourd’hui, je suis là en immersion avec mon groupe pour obtenir le meilleur résultat possible. Il y aura un après Coupe du monde, c’est valable pour moi comme pour les joueurs. Vous me croyez ou pas, mais je ne me pose pas la question. Je reste concentré et focalisé sur ce qui m’attend avec les joueurs. »

Relance d'un confrère. Sera-t-il fier, si jamais il transmet les clés des Bleus, de les donner à Zizou? « Les clés c'est le président qui les a, enchaîne Deschamps. Pour le moment Zizou a envie de profiter du repos, de sa famille et de ses proches. Il sera à un moment sélectionneur. Ca arrivera quand ça arrivera. »

Ce qui n'empêche pas une vraie marque de respect de Deschamps pour son pote Zidane. « S’il a pris cette décision c’est qu'il est convaincu que c'est la meilleure pour lui, poursuit-il. Sur ces trois ans, il a réussi quelque chose de fantastique pour lui et son club. On a eu l’occasion de discuter, d'échanger, je peux imaginer ce qui l’a amené à prendre cette décision. Qu’il sorte par la grande porte... De toute façon elle a toujours été grande, la porte, avec lui. Son parcours est hors-norme. »