Zidane quitte le Real: Les Bleus dans deux ans (ou deux mois)? La Juve? C'est quoi la suite pour Zizou?

FOOTBALL Les questions sont nombreuses sur l’avenir de Zinédine Zidane…

B.V. et N.C.

— 

Zinédine Zidane lors de PSG-Real Madrid en 8e de finale retour de la Ligue des champions, le 6 mars 2018.
Zinédine Zidane lors de PSG-Real Madrid en 8e de finale retour de la Ligue des champions, le 6 mars 2018. — Christophe Ena/AP/SIPA

Loin de nous l’idée de dire à nos collègues espagnols comment faire le travail, mais il faut le reconnaître, la conférence de presse de Zinedine Zidane pour annoncer son départ du Real Madrid nous laisse un peu sur notre faim. Trente minutes de questions pour savoir pourquoi il quittait le triple champion d’Europe, pourquoi pas. Mais aucune pour lui parler de son avenir, ce n’est pas très sérieux.

Du coup, on se retrouve avec deux bouts de phrases dont des bouts peuvent en plus être un peu Lost in translation : « Je n’entraînerai pas une autre équipe. Je ne cherche pas d’autre équipe. » Pour un mois ? Pour une saison ? Pour la vie ? On ne saura pas, les journalistes présents sur place n’ayant pas relancé. Et du coup, on ne peut que spéculer.

A. L’équipe de France si Deschamps se foire à la Coupe du monde ?

Forcément, l’annonce de Zinedine Zidane met une pression terrible sur le sélectionneur des Bleus à quelques jours du début de la Coupe du monde. Zizou sera un jour l'entraîneur des Bleus, c’est une évidence. « C’est une suite logique, c’est probable qu’un jour il l’ambitionne », avait même déclaré l’an passé le président de la Fédé Noël Le Graët. Dès septembre 2018 ? Ce n’est pas impossible : libre de tout contrat, Zidane pourrait profiter d’une mauvaise contre-performance de l’équipe de France en Russie pour pousser son pote DD vers la sortie, à condition que la Fédération casse le contrat de l’actuel sélectionneur, qui court jusqu’en 2020. Ce qui est sûr, c’est que la porte est désormais grande ouverte… Dans deux ans ou dans deux mois.

B. Un autre club ?

C’est peut-être le manque de recul qui parle, mais honnêtement on ne voit pas du tout Zizou s’asseoir sur le banc d’un autre club. Il est trop marqué par le Real, « un club que je porte dans mon cœur », a-t-il répété à maintes reprises pendant sa conférence de presse. A l’extrême rigueur, pourquoi pas la Juventus, où il a joué, gagné et qui a le profil d’un grand d’Europe. Sans conviction non plus… Mais en tout cas, il n’a pas le profil de l’entraîneur bourlingueur, qui irait au Bayern, à City, au PSG ou un grand ambitieux.

C. Un retour au Real dans quelque temps ?

A bien l’écouter, Zidane n’a pas fermé la porte à un retour. Il a simplement dit qu’il était fatigué, « marqué par les moments difficiles », et qu’il ne pouvait « plus faire gagner cette équipe » dans l’immédiat. Après un bon break, il ne pourrait peut-être pas dire non à Florentino Perez si ce dernier l’appelait à la rescousse en cas de grande difficulté. Zidane a fait gagner le Real, mais il est aussi grandement redevable envers ce club qui lui a permis de se lancer dans le métier. Son aura lui permettra de revenir quand il souhaitera, c’est une évidence.

D. Ailleurs que dans le sport

C’est évidemment assez improbable, mais Zizou est capable de tout. Et surtout, il est tellement populaire qu’il serait utile partout : dans un gouvernement en tant que ministre des Sports, à l’organisation de Paris-2024, très haut placé dans l’organigramme du Real ? Tout ça signifierait qu’il tire un trait sur sa carrière d’entraîneur, ce dont on a à l’heure actuelle aucune certitude. Jusqu’à preuve du contraire, la carrière de Zizou n’est pas terminée.