Equipe de France: «Je sais que je ne peux pas compter sur lui», Rabiot n'est pas près de revenir avec les Bleus

FOOTBALL Le sélectionneur a réagi au refus de Rabiot d'être suppléant pour la Coupe du monde... 

A Clairefontaine, Nicolas Camus
— 
Didier Deschamps en conférence de presse à Clairefontaine, le 23 mai 2018.
Didier Deschamps en conférence de presse à Clairefontaine, le 23 mai 2018. — FRANCK FIFE / AFP
  • Adrien Rabiot a fait savoir au sélectionneur qu'il refusait la place de suppléant pour la Coupe du monde
  • Didier Deschamps a répondu mercredi en conférence de presse
  • L'avenir du Parisien est bouché pour un long moment en équipe de France

Il s’y attendait, et ça n’a pas loupé. Après avoir accueilli 22 des 23 joueurs choisis pour disputer la Coupe du monde, mercredi, pour le début du stage à Clairefontaine, Didier Deschamps a passé toute la première partie de sa conférence de presse à parler du cas Adrien Rabiot. Le milieu du PSG a fait savoir qu’il renonçait à faire partie des onze suppléants censés se tenir prêts pour pallier un forfait avant de s’envoler pour la Russie. Le sélectionneur avait l’air totalement sidéré par cette démarche.

« J’ai été surpris, bien sûr. Je peux comprendre son immense déception, mais de là à prendre une telle décision, a soufflé DD. On parle d’un joueur de 23 ans, avec quelques sélections, pas d’un joueur avec beaucoup d’expérience. A la rigueur ça aurait été plus compréhensible. Je suis convaincu qu’il a fait une énorme erreur. Au très haut niveau, il n’y a pas de place pour les états d’âme, on se doit d’être professionnel en toutes circonstances. »

Dans la forme, Rabiot n’a pas envoyé un courrier à la FFF, mais un mail, directement à Deschamps. Ce dernier a envoyé un SMS au joueur pour être sûr que cela venait bien de lui… auquel le Parisien n’a pas répondu. En résumé, le Parisien a mis sa carrière internationale dans un sac-poubelle, l’a lesté avec une brique et l’a jeté très très loin au milieu de l’océan. Tant que Deschamps sera là, tout du moins.

La question de l’avenir en Bleu du milieu de terrain lui a été posée. Le sélectionneur ne l’a pas officiellement enterré, mais connaissant son fonctionnement, il n’en avait pas besoin : « L’équipe de France est au-dessus de tout. Je sais que je ne peux pas compter sur lui. Il se met à la faute, point barre. Il assumera ».

« Sa déception ne l’autorise pas à abandonner »

Pour les autres suppléants, Deschamps n’a pas d’inquiétude particulière. « J’ai une relation de confiance avec eux. Ils ont un programme, à eux de se sentir prêts pour répondre à nos exigences, a-t-il fait savoir. C’est dans leur intérêt. » Le sélectionneur assure qu’il n’a appelé personne pour remplacer Rabiot, même officieusement. « On reste comme ça », a-t-il tranché. Même si le profil du Parisien était unique.

A 15h45, pile au moment où débutait la conférence de presse dans l’auditorium de Clairefontaine, la FFF a publié un communiqué de Noël Le Graët : « Sa déception ne l’autorise pas à abandonner et à ne pas se mettre au service de l’équipe de France, a écrit le président de la Fédération. Faire partie du collectif de l’équipe de France, être parmi les 30 meilleurs joueurs français, est une chance et un privilège dans la carrière d’un joueur. Adrien a pris une mauvaise décision. Il se pénalise et se sanctionne tout seul. » Et pour un long moment, sans aucun doute.