Nîmes Olympiques: L'attaquant turc Umut Bozok recadre (avec humour) deux membres du Front National

FOOTBALL L'attaquant nîmois a expliqué le pourquoi de la présence d'un drapeau turc lors des célébrations de la montée en L1...

A.L.G.
— 
Le tweet d'Umut Bozok en réponse à un membre du FN.
Le tweet d'Umut Bozok en réponse à un membre du FN. — Capture d'écrans @umut_bozok

Alors que le peuple nîmois célébrait tranquillement ses héros après l'accession officielle du club en Ligue 1 la saison prochaine, Yoann Gillet, un élu Front National, n’a rien trouvé de mieux à faire que de critiquer la présence dans le joyeux cortège d’un drapeau turc…

« Aux Arènes avec les Nîmois pour rendre hommage à la très bonne saison du Nîmes Olympique dont nous sommes tous très fiers ! Hélas, certains gâchent la fête en confondant Nîmes avec la Turquie… et les autorités laissent faire cette provocation », a-t-il écrit sur son compte Twitter en marge des festivités.


Une sortie médiatique à laquelle le meilleur buteur de Ligue 2​, le Turc Umut Bozok, a répondu dans la foulée : « Mr Gillet, c’était un petit clin d’œil pour un joueur du Nîmes Olympique qui est international turc ! Et je crois que c’est moi. »

La réponse de Bozok, acte 2

Mais l’affaire ne s’est pas arrêtée là. Non, car Julien Sanchez, le maire de Beaucaire et porte-parole du FN, a cru bon d’y aller aussi de son petit tweet pour crier « honte à ces supporters au drapeau turc », ajoutant qu'« ici on est en France, pas en Turquie ! ». Ce à quoi Bozok a de nouveau réagi, dans le plus grand des calmes.


Umut Bozok, où la tête froide en toutes circonstances.