OM: Qu'est-ce qu'il manque à Florian Thauvin pour enfin briller dans les grands matchs? (oui Flo, ça vaut pour l'équipe de France)

FOOTBALL Question simple, réponse compliquée…

Jean Saint-Marc

— 

Florian Thauvin quand on lui parle de ses perfs contre les gros, allégorie.
Florian Thauvin quand on lui parle de ses perfs contre les gros, allégorie. — A.-C. Poujoulat / AFP
  • L’ailier de l’OM Florian Thauvin espère gratter un peu de temps de jeu avec l’équipe de France, qui affronte ce vendredi soir la Colombie (21 heures).
  • L’occasion de montrer qu’il peut répondre présent dans les grands rendez-vous internationaux ? Parce qu’avec l’OM, il pêche face aux gros…

Il le répète partout, tout le temps. Florian Thauvin ne lit pas les articles écrits à son sujet. On va faire semblant de le croire et se dire que c’est pas plus mal, puisque cette petite étude statistique ne devrait pas lui faire plaisir.

  • En Ligue 1 cette saison, FloTov réussit un but ou une passe décisive toutes les 92 minutes. Oui oui, il est décisif une fois par match, grosso modo.
  • Et face aux équipes du Top 4, alors ? En sept matchs (dont un de Coupe de France), il n’a été décisif que… deux fois. Un but ou une passe D toutes les 292 minutes. Aïe.
La preuve.
La preuve. - OptaPaint pour 20 Minutes

« Quand on n’est pas bons collectivement, il ne peut pas y avoir d’individualités qui ressortent », se dédouane Florian Thauvin. Il n’a pas tort, évidemment : c’est l’OM entier qui pêche face au gros (aucune victoire, sept nuls et onze défaites face à Paris, Monaco et Lyon, depuis la saison 2015-16).

>> A lire aussi : Mais oui, Florian Thauvin vaut vraiment 66 millions d'euros (c'est scientifique)

Mais Thauvin oublie un peu qu’il est désormais le seul joueur de champ marseillais à être appelé en équipe de France A. Et que ce statut, il faut l’assumer dans les grands matchs avec l’OM. Comment ? Tant pis s’il ne nous lit pas, voilà tout de même trois petites idées pour (encore) progresser.

Le mental, c’est capital

Florian Thauvin, « c’est un 93 », nous rappelle Olivier Saragaglia, dans cet argot de formateur selon lequel la date de naissance d’un gamin est plus importante que son poste de prédilection. Un 93, ça nous fait du 25 ans aujourd’hui, et pas beaucoup d’expérience du très haut niveau, note celui qui entraînait Florian Thauvin à Grenoble, et qui coache désormais à Châteauroux :

A Marseille, des grands matchs, il n’en fait pas si souvent, puisqu’ils ne sont pas en Ligue des champions. Avec l’accumulation des matchs de très haut niveau, il va progresser, il les abordera mieux. »

En attendant, FloTov peut (continuer à) bosser avec un préparateur mental pour mieux gérer les attentes qui pèsent sur lui. « C’est un garçon humble, mais les louanges affaiblissent les hommes et je ne veux pas qu’il soit affaibli », martèle Rudi Garcia. Le stress aussi, ça affaiblit : « A l’époque, à Grenoble, il n’était jamais stressé, n’avait peur de rien, même quand, à 16 ans, il venait jouer avec les pros, se souvient Olivier Saragaglia. Mais évidemment, les enjeux ne sont pas comparables aujourd’hui, avec l’OM. » Alors avec l’équipe de France…

 

 

Robert devait muscler son jeu, Florian doit-il le simplifier (encore un peu) ?

Florian Thauvin « doit gagner en lucidité, faut pas qu’il déjoue », disait Rudi Garcia en novembre dernier. Depuis, il a plusieurs fois noté les progrès de son poulain dans ce domaine. Progrès évidents : FloTov est beaucoup moins perso, beaucoup moins forceur qu’à ses débuts. Mais on peut toujours mieux faire, parole de formateur. On rend le mic' à Olivier Saragaglia :

Il porte moins le ballon, tente moins de gestes impossibles, c’est sûr. Mais il peut encore progresser là-dessus. Son point fort, c’est la percussion, le fait de ne pas refuser le un contre un. Mais il faut que ce soit plus réfléchi. Surtout qu’au niveau disons européen, les défenseurs vont plus vite, donc c’est plus compliqué pour les éliminer. Dans ce cas, il faut faire un autre choix que l’accélération. »

Florian Thauvin l’a constaté dimanche face au Lyonnais Mendy…

Et se muscler tout court, accessoirement ?

Florian Thauvin n’a pas le physique d’Adil Rami. Et tant mieux, car ça ferait l’ailier le plus chelou de la terre. Mais le Marseillais s’est nettement épaissi depuis son arrivée à Marseille. Il travaille d’ailleurs avec un préparateur physique personnel. Face à des défenseurs toujours plus rapides, il faut toujours… aller plus vite. Alors oui, confirme Olivier Saragaglia, « Thauvin peut encore progresser physiquement, se muscler. »

Mais pas seulement. On a eu sur le sujet une conversation très intéressante avec Yohan, étudiant en ingénierie à Tokyo, passé par Polytechnique en France, et fan très bien informé de l’OM. Et il nous a expliqué comment Florian Thauvin avait mené un « rééquilibrage cinétique de ses épaules. » WHAT ?

Traduction : FloTov s’est musclé intelligemment pour être moins prévisible sur le terrain, ses particularités physiques l’obligeant à souvent rentrer sur son pied gauche. « C’est pas seulement une question de musculature, on peut être parfaitement musclé et avoir un déséquilibre cinétique, développe Yohan. Et un déséquilibre même minime change complètement ta manière de jouer au football. Aujourd’hui, dans ses mouvements, Thauvin est totalement libéré. » Mais pas encore délivré des débats sur son niveau face aux gros...