«A moins qu'ils arrivent torchés», l'entraîneur de Strasbourg a donné une conf mythique avant d'affronter le PSG

FOOTBALL ♫Capitaine punchlines, tu n'es pas de notre Ligue 1♫...

B.V.

— 

Lors du match contre Lille, en août, Thierry Laurey se tient la tête, mais la réception du Stade Rennais qui vient de changer de coach sera peut-être encore plus un casse-tête pour le staff strasbourgeois.
Lors du match contre Lille, en août, Thierry Laurey se tient la tête, mais la réception du Stade Rennais qui vient de changer de coach sera peut-être encore plus un casse-tête pour le staff strasbourgeois. — Patrick Herzog / AFP.

OK, on vient de se découvrir un nouveau héros en Ligue 1. Il s'appelle Thierry Laurey et entraîne Strasbourg. A la veille de recevoir le PSG (samedi 17h), le coach alsacien a donné à la presse locale une conf' de presse absolument mythique sur cette rencontre et son adversaire. C'est bien simple: c'était capitaine punchline. Toutes les trentes secondes, ça fusait, à droite, à gauche, de face. On vous fait un résumé.

« Ils vont pas venir pour le Marché de Noël »

« Ce n'est pas une plaisanterie de jouer contre Paris, ce n'est pas la fête foraine. Ils vont pas venir pour le Marché de Noël, ils viennent pour prendre des points. (Aux journalistes:) Vous avez l'impression que ça va se faire comme ça. J'ai même lu qu'on avait battu Nantes quand ils étaient invaincus (en 1995) mais comparer Nantes et le Paris actuel, c'est une plaisanterie quand même. »

« Derrière tu prends l'ouragan, c'est Irma »

« Sur la durée d'un match, y a pas photo. La seule chose que tu puisses faire, c'est comme le Celtic, les prendre à froid et marquer un but. Après, t'as l'ouragan qui arrive, c'est Irma qui débarque et ça va souffler dans tous les sens ».

>> A lire aussi : VIDEO. Ligue des champions: Bah alors, il n'aurait pas une bonne gueule de favori ce PSG-là?

« A part s'ils sont un peu torchés »

« Sur le terrain, ces mecs sont irréprochables. Donc ils ne te prennent pas par-dessus la jambe. A part si vous leur payez du vin chaud demain matin quand ils arrivent et qu'ils sont un peu torchés... Faut appeler un chat un chat. »

« J'ai hâte qu'on en parle plus  »

«Je ne le prépare pas comme un match à part, j'ai même hâte qu'il se passe pour qu'on n'en parle plus car je trouve qu'on fait beaucoup de battage pour un match de football. Je n'ai pas envie que ça perturbe plus que ça l'effectif. Cela va être très difficile mais on va essayer de s'accrocher, de se battre ensemble pour rendre la meilleure copie possible, et plus si affinités.»

« Le Bayern ne les fait pas trembler. Nous, on va les faire trembler ? »

Faut que vous arriviez à comprendre la physchologie de ces mecs-là. Ce n'est pas Strasbourg ou Dijon qui va faire trembler le PSG. Je parle mentalement. Sur le terrain, tu peux arriver à les mettre en difficulté. Le Bayern ne les fait pas trembler, pas plus qu'Anderlecht ou le Celtic. Nous, on va les faire trembler ? Faut rester les pieds sur terre.»

« Ca ressemble à une balle de ping-pong »

« On va essayer de faire comme disent tous les entraîneurs, c'est-à-dire bien défendre. Car le ballon, ils te le prennent et ils te le rendent à la fin. Cela ressemble à une balle de ping-pong et tu l'as pas touchée du match. Rappelez moi les chiffres : 47 buts marqués et 10 encaissés en 15 matches, cela veut dire 3 buts par match... »

« Quand t'achètes un mec à 220 millions et un autre à 180, c'est pas pour enfiler des perles »

« Quand t'achètes un mec à 220 millions et un autre à 180, c'est pas pour enfiler des perles, c'est pour marquer des buts, créer du jeu, faire du spectacle. Parce qu'en plus, ils en font et ils peuvent se le permettre, ils ont tellement de marge qu'ils peuvent s'amuser. C'est ça le problème : t'as pas le droit à l'erreur. Si tu fais une erreur, t'es mort. »