Metz-OM: Défaits pour la huitième fois à domicile, les Messins peuvent-ils s'en sortir en Ligue 1?

FOOTBALL Après Lille et Amiens, derniers en date, c'est l'OM qui, ce mercredi soir, est reparti avec trois points du stade Saint-Symphorien (3-0) où le FC Metz n'y arrive toujours pas, même avec un nouvel entraîneur... 

Bruno Poussard

— 

A l'image d'Ivan Balliu, titularisé sur l'aile droite, et ici à la lutte avec Luiz Gustavo, le nouvel entraîneur du FC Metz Frédéric Hantz avait décidé de faire tourner son effectif contre l'OM.
A l'image d'Ivan Balliu, titularisé sur l'aile droite, et ici à la lutte avec Luiz Gustavo, le nouvel entraîneur du FC Metz Frédéric Hantz avait décidé de faire tourner son effectif contre l'OM. — Patrick Herzog / AFP.
  • Largement battu par l'OM (3-0), le FC Metz n'a toujours pas gagné un match à domicile depuis le début de la saison.
  • Avec huit défaites consécutives à Saint-Symphorien, le club mosellan a déjà battu un triste record.
  • Un mois après l'arrivée d'un nouvel entraîneur, Frédéric Hantz, le FC Metz est toujours en galère. Peut-il s'en sortir ?

Frédéric Hantz est arrivé il y a maintenant un mois. Mais depuis le débarquement de Philippe Hinschberger, le FC Metz a perdu trois matches de plus - pour un total de huit défaites - devant son public au stade Saint-Symphorien. Sans être étincelant pour autant, ce mercredi c’est l'OM qui est reparti de Moselle avec trois points (3-0). Easy.

>> A lire aussi : Marseille éteint un peu plus la lanterne rouge (3-0) et se retrouve dauphin en Ligue 1

Certes repartis de Toulouse avec un petit point le 18 novembre, les Messins ont perdu contre Amiens samedi (0-2), après une défaite contre Lille début novembre (0-3). Avec quatre points en 15 journées et déjà 29 buts encaissés (pour cinq marqués seulement), le FC Metz est donc en lice pour de tristes records en Ligue 1.

Pas au niveau « mentalement et physiquement »

Pourtant, les Grenats ont bien essayé d’y croire une fois de plus, à en croire le milieu remplaçant Florent Mollet : « On avait bien entamé, le but refusé aurait pu nous libérer. Mais on en prend un. Et quand on encaisse en ce moment, on a du mal à se remettre dedans. Mais pour nous, le match le plus important, c’est celui qui arrive, contre Nice. »

Puisque Marseille joue le podium loin d’eux, cette défaite ne serait pas la plus grave pour les Messins qui croient encore au maintien. Pas question pour leur nouvel entraîneur de baisser les bras. « C’est un constat d’impuissance, analyse Frédéric Hantz. En face de Marseille, mentalement et physiquement, on n’a pas réussi pas à se mettre au niveau. »

« Il nous faut absolument rester dans le présent. Historiquement, Metz a déjà connu ce genre de début de saison, et il y a toujours eu un rebond en deuxième partie de saison. Dans ces situations, il faut faire le dos rond, faire face, et travailler. »

Une petite rotation au sein du groupe par le nouveau coach

La tête basse, Florent Mollet est sur la même longueur d’onde, malgré le peu d’occasions : « C’est compliqué, on n’arrive pas à enchaîner dans le jeu. L’important, c’est de se ressouder entre nous et d’avancer. Sur ce match de Nice, déjà. Et surtout se vider la tête, oublier le passé, jouer notre jeu. On en est capable, on l’a montré l’an passé. »

Mais comment repartir de l’avant en oubliant le passé ? S’il espérait une meilleure situation un mois après son arrivée tout en se préparant au pire, Frédéric Hantz, lui, poursuit l’analyse globale. Des matchs actuels, des précédents et de tout son groupe. C’est pourquoi, aussi, contre l’OM, il a décidé de procéder à une belle petite rotation.

« C’était important de ramener de la fraîcheur parce que l’équipe change peu depuis le début de la saison et pour tenter, avec, de ramener de l’enthousiasme. »

« De l’envie, de la détermination, de la rigueur… »

Cela n’a pas suffi à relancer la machine contre Marseille. Est-ce que ce sera le cas contre Nice ? Tandis que l’électrochoc du changement de coach ne semble pas avoir eu de conséquence majeure, quand et comment le groupe des Grenats aura-t-il un déclic ? Telle est la grande question du moment dans le froid de l’hiver. Florent Mollet, encore :

« A l’entraînement, on essaye de changer des choses, de faire d’autres choses. Quand on est sur le terrain, ça passe par de l’envie, c’est le premier point sur lequel insister. C’est la détermination, la rigueur, tout ça… Si on y met ça, on aura les occasions et on les mettra au fond ! »

Le problème se situerait-il au niveau d’un manque d’investissement ? Frédéric Hantz veut justement mener un travail de fond, dont il espère cueillir les fruits dans la phase retour : « La question, ce n’est pas les points, c’est faire notre job du mieux possible. Pour moi, c’est d’être exigeant. Si notre niveau d’exigence se relève, on relèvera la tête. »