«Le racisme est-il légal en France, ou juste à Bastia?» Mario Balotelli dénonce des cris de singe à Furiani

FOOTBALL Il assure avoir été victime de cris de singe lors du match Bastia-Nice, vendredi...

B.V. avec AFP

— 

Mario Balotelli à Furiani, le 20 janvier 2017
Mario Balotelli à Furiani, le 20 janvier 2017 — PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

«J'ai une question pour les Français». C'est par un court message sur le résultat du match de Nice à Bastia (1-1) et donc cette introduction que Mario Balotelli a lancé un coup de gueule sur Instagram. L'attaquant de Nice assure en effet avoir été victime de cris de singe vendredi soir à Furiani, durant la première rencontre de la 21e journée.

«Est-ce normal que les supporters de Bastia fassent des bruits de singe et des «uh uh» pendant toute la rencontre et que personne de la commission de discipline ne dise rien? Est-ce que le racisme est légal en France? Ou alors juste à Bastia? Le football est un sport incroyable, et ces supporters de Bastia le rendent terrible.  [En Français dans le texte:] C'EST UNE VRAIE HONTE». 

Balotelli, attaquant de 26 ans né à Palerme et d'origine ghanéenne, notamment passé par Liverpool, Manchester City, l'Inter Milan et le Milan AC, a déjà été à de multiples reprises la cible d'insultes racistes lorsqu'il évoluait en Italie et en Angleterre.

En avril 2015, l'association anglaise anti-discrimination Kick It Out («Dehors le racisme», ndlr) avait ainsi estimé qu'il avait été visé par plus de 4.000 messages à caractère raciste sur les réseaux sociaux lors de la saison 2014-15.

Des heurts avec la police

Par ailleurs, des supporters et la police se sont affrontés vendredi soir à Furiani (Haute-Corse) après le match de Ligue 1 opposant Bastia à Nice, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Vers 23h30 et durant vingt minutes, une trentaine de jeunes supporters, visage masqué, se sont opposés aux forces de l'ordre après le match, a expliqué cette source.

Posté au niveau du rond-point, ils ont également «tenté de lancer des pierres et des cocktails molotov sur deux établissements bancaires». «Les forces de l'ordre étaient présentes en nombre pour protéger les lieux et sont parvenues à repousser les jeunes hommes avec des grenades lacrymogènes», toujours d'après cette source.

L'altercation nocturne n'a fait aucun blessé et ne s'est soldée par une aucune interpellation. Avant le match, le bus des joueurs de l'OGC Nice avait été caillassé par des supporters bastiais à leur arrivée à Furiani.