VIDEO. Dream-team devant, Benny Hill derrière: ce qu'il faut retenir du match des Bleus face au Cameroun

FOOTBALL Le France a battu le Cameroun, mais tout n'est pas rose...

A Nantes, David Phelippeau
— 
Laurent Koscielny à la lutte lors de France-Cameroun, le 30 mai 2016.
Laurent Koscielny à la lutte lors de France-Cameroun, le 30 mai 2016. — FRANCK FIFE / AFP

A une grosse dizaine de jours de son match d’ouverture de l’Euro contre la Roumanie, l’équipe de France n’est pas encore prête. Ou du moins pas dans tous les secteurs de jeu. Ce lundi soir, les Bleus ont battu (3-2) le Cameroun, une formation qui a un match autrement plus important vendredi en Mauritanie pour la qualification pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations.  Matuidi et Giroud puis Payet sur un exceptionnel coup franc ont marqué pour la France. Quels enseignements retenir de ce match gagné sur le fil ?

Une défense de plus en plus préoccupante

La défense inquiète presque un peu plus à chaque match. Et le poids des forfaits (Varane et Mathieu), des absences et des débats autour d’elle accentue encore un peu plus l’impression de fébrilité de cette arrière garde tricolore. Adil Rami a symbolisé à lui tout seul les maux défensifs.

>> A lire aussi : France-Cameroun: Adil Rami a été bidon, mais il garde une pêche d'enfer

Aligné axe droit en défense centrale aux côtés de Koscielny, le Sévillan, rattrapé par la manche par le sélectionneur Didier Deschamps, a été en grande souffrance, notamment en première période. A la 12e, il se fait enrhumer par Toko Ekambi. Cinq minutes plus tard, après que Koscielny a fait preuve de laxisme, Rami l’a imité en laissant un Camerounais prendre le dessus de la tête. Sur l’égalisation d’Aboubakar (22e, 1-1), il est en retard. Sur la deuxième égalisation camerounaise (88e, 2-2),  l’axe centrale est encore en difficultés. Une défense (souffreteuse) ne se résume pas qu’à un seul homme,  mais un seul homme peut contaminer une défense, voire une équipe.

Des Bleus plus que d’attaque

Pour gagner au football, il faut marquer plus de buts que l’adversaire. Et si Didier Deschamps abordait l’Euro avec cet esprit et l’infusait à ses joueurs ? La France a un potentiel offensif explosif. On ne vous apprend rien. Sans Martial et sans Griezmann, les Bleus ont une réserve offensive inépuisable (Payet, Giroud et Coman au coup d’envoi). Dans ce concert offensif, un homme a crevé l’écran par sa capacité à provoquer et à éliminer : Coman.

>> A lire aussi : VIDEO. France-Cameroun: Les galettes sublimes de Coman et Pogba

Sur un de ses débordements-éclairs, il a délivré un caviar à Matuidi qui a ouvert le score (1-0, 20e).  Mais, sa vitesse peut-elle être plus utile sur des fins de match pour faire des décisions ? Enfin, que dire de la précision diabolique de Payet sur le coup franc victorieux. Rien à dire. Juste admirer.

Ce match rebat-il les cartes ?

Les Bleus ont encore un match de préparation, samedi, à Metz, contre l’Ecosse, avant le grand saut dans l’Euro. Certains pensaient que l’équipe alignée, ce lundi contre le Cameroun, serait celle (à une exception près : Griezmann) qui pourrait débuter l’Euro. Ils avaient sans doute raison avant, mais ils ont peut-être tort après. La France n’a aucune certitude sur le plan défensif. Et le temps est devenu un ennemi pour elle. Deschamps va-t-il sortir la carte Mangala en défense centrale aux côtés de Koscielny? En attaque, il a revanche l’embarras du  choix. Et l’inverse donc pour sa défense.