Ligue des champions: L’usine à prêts rentable de Chelsea, un exemple à suivre?

FOOTBALL Le club de José Mourinho prête chaque saison près de 30 joueurs, et très peu ont une chance de revenir en équipe première…

B.V.

— 

José Mourinho lors du match entre l'Atlético Madrid et Chelsea le 22 avril 2014.
José Mourinho lors du match entre l'Atlético Madrid et Chelsea le 22 avril 2014. — Paul White/AP/SIPA

Ils sont désormais plus nombreux que les joueurs de l’équipe première. De qui parle-t-on? De cette caste des joueurs appartenant à Chelsea, mais prêtés à d’autres clubs. Généralement au début de leur carrière professionnelle, entre 18 et 23 ans, ils sont près d’une trentaine à être casés par les Blues aux quatre coins de l’Europe pour trouver un peu de temps de jeu et progresser. Avant de revenir plus forts pour José Mourinho? Pas si évident.

La politique de l’usine à prêt instaurée par Chelsea ne fonctionne pas aussi classiquement. Si le gardien Thibaut Courtois a par exemple été prêté à l’Atletico Madrid pendant plusieurs années avant de devenir titulaire chez les Blues, il reste une exception. L’immense majorité ne sera jamais utile à l’équipe première et va être vendue pour une belle offre ou à nouveau cédé temporairement en attendant que sa valeur marchande explose (ça fait cinq ans que le Français Kakuta est continuellement prêté).

(La liste des prêtés par Chelsea en septembre, qui a depuis un peu évolué)

Lutter contre le fair-play financier

Certains sont des jeunes formés à l’Académie, d’autres sont des joueurs reconnus mais laissés sur la touche par Mourinho, et les derniers sont des «paris». Les «scouts» des Blues scrutent la planète pour chercher de nouveaux talents dans des clubs de petite à moyenne envergure, les achètent pour le même genre de montants (entre 1 et 20 millions d’euros) et les prêtent immédiatement, souvent à un club dont Chelsea est partenaire, comme le Vitesse Arnhem aux Pays-Bas.

Le parcours professionnel du Français Kakuta, prêté dans de nombreux clubs - Wikipedia
 

A l’origine de cette politique de prêts, le directeur technique de Chelsea Michael Emenalo expliquait en 2014: «Quand je suis arrivé (en 2008), nous avions des super joueurs mais après eux, les autres étaient trop jeunes et leur niveau trop éloigné pour les intégrer. On essaie de réduire l’écart. Nous avons compris qu’entre 18 et 21 ans, un joueur se posait beaucoup de questions et n’arrivait pas au niveau de l’équipe première s’il ne jouait qu’avec la réserve. Alors on préfère les envoyer en prêt pour les mettre dans le grand bain et leur donner de la visibilité.»

Profits et reventes

Une donnée essentielle. Car si le joueur ne donne pas la garantie d’être une future star capable d’améliorer l’équipe fanion, Chelsea n’hésite pas à le revendre, en faisant souvent une belle plus-value. Acheté 8 millions d’euros à Genk en 2012, le Belge Kevin De Bruyne a été prêté à son club formateur puis à Brème, avant d’être revendu 22 millions à Wolfsburg à l’été 2014, en ayant joué en tout… neuf matchs pour Chelsea.

Trois exemples de joueurs prêtés et bien vendus par Chelsea - 20minutes


«Nous cherchons des moyens pour faire avec le fair-play financier, poursuit Emenalo. On a besoin de recruter jeune et d’avoir un réservoir». Car la production quasi-industrielle de joueurs prêtés permet non seulement à Chelsea de gagner de l’argent sur les ventes, mais aussi d’économiser un paquet de salaires – c’est en général le club receveur qui le prend en charge. Sans oublier qu’une partie de ses prêts sont payants et constituent en eux-mêmes une rente mensuelle pour le club. Pour un bénéfice total d’environ 100 millions de livres par saison, estime le Daily Mail. Ce qui permet à côté de recruter des stars comme Hazard, Diego Costa ou Cuadrado sans être inquiété par le FPF.

Alors forcément, cette caste prend de l’importance. Sur le site officiel du club, une page leur est dédiée. Eddie Newton, «coach du développement des jeunes», a pour unique mission de gérer et noter les progrès de ces joueurs. Le jeune Tchèque Tomas Kalas ne joue pas avec Cologne? Le prêt est cassé et le voilà parti direction Middlesbrough, après deux ans au Vitesse Arnhem et six mois en Allemagne. Sur Internet, de nombreux fans de Chelsea tiennent des pages de surveillance des «loanees», avec leurs buts, leurs exploits, leurs difficultés. Dans l’espoir de les voir, un jour, avec le maillot bleu.  


L'équipe type des joueurs prêtés par Chelsea ! par footmercato