Eurobasket: On a bien écouté les Bleus avant France-Espagne (et on vous dit ce qu'il va se passer)

BASKET L'équipe de France affronte son éternel rival espagnol ce jeudi (21h) à Lille en demi-finale de son Euro...

Francois Launay

— 

L'Espagnol Pau Gasol prend le dessus sur la France, le 3 septembre 2014
L'Espagnol Pau Gasol prend le dessus sur la France, le 3 septembre 2014 — Jorge Zapata/EFE/SIPA

On y est. L’affiche que tout le monde attendait va se dérouler ce jeudi soir. Au stade Pierre-Mauroy, l’équipe de France reçoit l’Espagne en demi-finale son Euro. « Ce grand classique du basket européen », comme l’appelle Tony Parker donne déjà des frissons partout. Entre ambiance de feu, pression, intensité et coups tordus, tout est réuni pour vivre une grande soirée. Avant même le résultat, on vous raconte ce qui va se passer.

L’ambiance

 

La déclaration d’avant-match : Nicolas Batum, ailier des Bleus. « J’attends du public d’être présent, d’être fou, de faire du bruit, de continuer à pousser comme ils le font depuis le début de la compétition ».

Ce qui va se passer : Dans une ambiance de corrida, les Espagnols sont hués par les 27 000 spectateurs du stade Pierre-Mauroy. Nullement impressionnés, les coéquipiers de Pau Gasol décident de chanter leur hymne sans paroles pour la première fois de leur histoire. Dans la foulée, une Marseillaise vibrante leur répond. Dents serrées, Tony Parker exhorte ses coéquipiers dans une salle remplie de drapeaux français. Le match est lancé.

La guerre psychologique de la première mi-temps

La déclaration d’avant-match : Vincent Collet, sélectionneur des Bleus « On va jouer contre une équipe revancharde après ce qu’on leur a fait chez eux l’an dernier au Mondial. Si Pau Gasol a fait le déplacement, ce n’est pas pour rien. Ils savent qu’on rêve de jouer chez nous la finale de l’Euro et ils n’ont qu’une idée : c’est de nous en priver. »

Ce qui va se passer : Plombés par l’enjeu, les Bleus déjouent face à des Espagnols chambreurs et sans pression qui se détachent rapidement. Meilleur joueur de l’Euro, Pau Gasol poursuit sur sa lancée allant même jusqu’à claquer un dunk au-dessus de Rudy Gobert. A la pause, les Bleus ont dix points de retard.

Le discours de Diaw à la mi-temps

La déclaration d’avant match. Nicolas Batum : « En demi-finale de l’Euro 2013, on était hors du coup en première période. Heureusement, le discours des cadres nous avait réveillés à la mi-temps. Ça avait été énorme mentalement pour nous »

Ce qui va se passer : Après Tony Parker en 2013, c’est cette fois-ci le capitaine Boris Diaw qui prend la parole. Après avoir hésité à lire la lettre de Guy Moquet, Diaw opte pour un discours mobilisateur où il est question d’honneur, de suprématie et de fierté. Les Bleus reviennent sur le parquet la bave aux lèvres.

Les coups tordus de la deuxième mi-temps

La déclaration d’avant-match. Nicolas Batum : « A chaque fois qu’on se rencontre, on a montré qu’il y avait beaucoup d’amour entre nous (sourire). Il y a déjà eu du vice des deux côtés. Il faut utiliser tous les coups possibles pour les battre »

Ce qui va se passer : Transfigurés, les Bleus reviennent dans le match en mettant énormément d’intensité et d’agressivité. Alors que les deux équipes sont à égalité à dix secondes de la fin, Rudy Fernandez pousse Batum et une cohue se produit sur le parquet sous les huées des 27 000 supporters. Faute pour la France, Batum réussit ses deux lancers francs et envoie son équipe en finale.

La fin du match

La déclaration d’avant-match. Florent Pietrus, ailier des Bleus. « Il faudra faire le match parfait car il y a une place de finaliste et une qualification pour les Jeux au bout »

Ce qui va se passer : Au coup de sifflet final, une douce folie s’empare des Bleus. Déchaîné, Tony Parker danse sur l’air « des Yeux d’Emilie », l’hymne de l’équipe de France. Qualifiée pour les Jeux de Rio, la France voit la sono balancer coup sur coup du Dario Moreno et du Bellini. Une samba folle se lance dans le stade. Et pour la grande finale à domicile ? « On en reparlera dimanche », sourit Boris Diaw, caïpirinha à la main.