En images : Comme Kobe Bryant, ces légendes du sport qui ont eu droit à leur statue

hommage La statue de Kobe Bryant, décédé tragiquement dans un accident d’hélicoptère en 2020, a été dévoilée dans la nuit de jeudi à vendredi par les Los Angeles Lakers. Un summum de l’hommage, seulement réservé aux très grands champions

Mamadou-Oury Diallo
— 
Attendees view a statue of former Los Angeles Lakers guard Kobe Bryant after its unveiling outside the NBA basketball team's arena, Thursday, Feb. 8, 2024, in Los Angeles. (AP Photo/Eric Thayer)/LAS112/24040065031671//2402090255
Attendees view a statue of former Los Angeles Lakers guard Kobe Bryant after its unveiling outside the NBA basketball team's arena, Thursday, Feb. 8, 2024, in Los Angeles. (AP Photo/Eric Thayer)/LAS112/24040065031671//2402090255 — Eric Thayer

Quand on pense à la réussite dans le sport, on traduit ça par des titres, des grosses performances, des moments forts. Certaines légendes, en football ou en basketball, ayant marqué l’histoire de leurs équipes, ont même la chance de voir leur maillot être retiré, en guise d’hommage.

Mais il existe une reconnaissance encore supérieure, réservée aux très grands parmi les grands : la statue. Décédé tragiquement en janvier 2020, Kobe Bryant, quintuple champion NBA, vient notamment d’y avoir droit. Les Los Angeles Lakers ont en effet dévoilé dans la nuit de jeudi à vendredi, en marge de leur match contre les Denver Nuggets (défaite 106-114), une œuvre en bronze sculptée du Black Mamba devant la Crypto Arena (ex-Staples Center). L’occasion de faire un retour en image sur ces grands champions – au-delà de la NBA – qui ont eu l’honneur d’avoir une statue à leur effigie.

  • Le « Black Mamba » immortalisé.
    Le « Black Mamba » immortalisé. — Eric Thayer

    Faite de bronze, haute d’environ 6 mètres, lourde de près de 2 tonnes et visible à partir de ce vendredi, la statue représente le moment où le « Black Mamba » a quitté le parquet du Staples Center, numéro 8 sur le dos et index droit pointé vers le ciel, après son historique carton à 81 points du 22 janvier 2006.

    « Kobe a lui-même choisi la pose que vous êtes sur le point de voir. Donc si quelqu’un a des problèmes avec… Tant pis », a déclaré avec humour Vanessa Bryant, la compagne de l’ex star durant la cérémonie devant un parterre de personnalités de la balle orange (entre autre Magic Johnson, Jerry West, Pau Gasol, Dwyane Wade, Adam Silver, Gary Payton).

  • Le bras levé vers le ciel après la mémorable perf contre les Toronto Raptors en 2006.
    Le bras levé vers le ciel après la mémorable perf contre les Toronto Raptors en 2006. — Eric Thayer

    Deux autres statues de Kobe Bryant devraient bientôt être installées devant la salle des Lakers, l’une le représentant avec le numéro 24 sur le dos, l’autre avec sa fille Gigi.

  • En mode « Air Jordan »
    En mode « Air Jordan » — Image of Sport/Sipa

    Six titres en une décennie, une multitude d’exploits, de récompenses et de records… Michael Jordan a indubitablement marqué l’histoire des Bulls de Chicago et celle de la NBA. De quoi avoir logiquement une statue à son effigie, inaugurée le 1er novembre 1994, lorsqu’il avait pris sa première retraite chez les Bulls. Le monument, devenu un véritable lieu de pèlerinage pour les fans du monde entier, représente « air Jordan » en pleine extension, ballon en main, pour réaliser un dunk, face à un adversaire malmené au duel.

  • Le Big « Shaq » devant son double.
    Le Big « Shaq » devant son double. — Mark J. TerrillA

    Légende NBA et icône des Lakers, Shaquille O’Neal a aussi été statufié par la franchise californienne, avec laquelle il a remporté trois titres NBA d’affilée (2000, 2001 et 2002) et le trophée du meilleur joueur de la saison (1999-2000). Alors que la plupart des statues émergent souvent du sol pour s’élever dans les airs, celle de « Shaq » est suspendue en l’air, le montrant en train d’exécuter avec force l’un de ses duncks assis.

  • L’iconique mouv du « sky hook » d’Abdul-Jabbar immortalisé.
    L’iconique mouv du « sky hook » d’Abdul-Jabbar immortalisé. — Mark J. Terrill

    Monstre sacré de la balle orange, Kareem Abdul-Jabbar a détenu longtemps (pendant 29 ans) le record du meilleur marqueur de l’histoire de la NBA (38 387 points), avant d’être dépassé par LeBron James il y a un an. Ayant passé l’essentiel de sa carrière chez les Lakers, après ses débuts avec les Bucks de Milwaukee en 1969, Abdul-Jabbar a notamment construit sa légende grâce à son mouvement de bras roulé, le fameux "sky hook", qui le rendait presque incontrôlable dans la raquette. Sa statue de 4,5 m et 600 kg l’immortalise d’ailleurs de cette façon.

  • Le maître de Roland Garros en compagnie de son double.
    Le maître de Roland Garros en compagnie de son double. — Christophe Guibbaud

    Rafael Nadal est un monument. Autant au sens propre que figuré. Surtout quand il s’agit de Roland Garros. Le Majorquin y a notamment bâti sa légende, remportant quatorze fois le trophée depuis sa première apparition sur l’ocre parisien en 2005. Un règne sans partage immortalisé par une statue en acier inoxydable de l’Espagnol dans l’enceinte de la porte d’Auteuil. L’œuvre, élaborée par le sculpteur Jordi Díez Fernandez, met en scène Rafa sur une énorme frappe de coup droit, bouche ouverte et pieds décollés au sol.

  • L’inimitable glissade de Titi devant l’Emirates Stadium.
    L’inimitable glissade de Titi devant l’Emirates Stadium. — Daniela Porcelli

    S’il a eu une réputation contrastée en France, Thierry Henry est une véritable légende Outre-Manche. Acteur majeur des Invincibles d’Arsenal (2003-2004), le champion du monde 1998 est le meilleur buteur de l’histoire des Gunners (228 buts). Une véritable prouesse pour le natif des Ulis, qui a eu le privilège de voir son double de bronze grandeur nature érigé devant l’Emirates Stadium, aux côtés d’autres légendes du club londonien. Titi est représenté genoux à terre, dans une glissade semblant faire référence à la célébration d’un but.

  • Il ressemble plus à Messi qu’à Messi lui-même.
    Il ressemble plus à Messi qu’à Messi lui-même. — NORBERTO DUARTE

    C’était le dernier trophée qui lui manquait et il a finalement réussi à mettre la main dessus. Lionel Messi a remporté la Coupe du monde 2022 au Qatar au terme d’un match d’anthologie face à l’équipe de France. Trois mois après son sacre, la Pulga a été honorée par la Confédération sud-américaine de football, plus connue sous l’acronyme Conmebol. L’institution a dévoilé une statue de l’ancien parisien où on le voit avec le trophée de la Coupe du monde dans les mains. L’œuvre, conservée au musée de l’instance, se tient aux côtés des légendes Pelé et Diego Maradona.

  • Le buste très moyennement réussi de CR7.
    Le buste très moyennement réussi de CR7. — Armando Franca

    On se souvient tous de ce buste complètement raté de Cristiano Ronaldo devant l’aéroport de Madère. La statue, conçue par le scuplteur d’Emanuel Santos, avait été moquée sur les réseaux sociaux. Plusieurs mois plus tard, elle a été remplacée par un nouveau buste, un peu plus ressemblant à CR7.

Retourner en haut de la page