VIDEO. Coupe du monde 2018: Rakitic, Modric et les Croates critiqués pour avoir posé avec un chanteur philonazi

FOOTBALL La sélection croate a été reçue par des milliers de supporters à Zagreb…

A.H.

— 

Rakitic et Marko Perkovic Thompson
Rakitic et Marko Perkovic Thompson — Capture écran

C’était le retour des héros ! Après la deuxième place acquise à la Coupe du monde, à la suite d’un parcours historique, la sélection croate, battue en finale par la France, est rentrée au pays lundi. A Zagreb, la sélection aux damiers a été reçue par des dizaines de milliers de supporters. Et, comme l’équipe de France, elle a eu droit à son petit tour dans un bus à impériale (et ça a duré plus longtemps que les Bleus).

Stigo je kralj..!😘🙏 jedan jedini.!!! Idemo hrvatska 🇭🇷

A post shared by Ivan Rakitic (@ivanrakitic) on

Sauf que les Croates ont dû faire face à d’autres critiques que la vitesse du bus. Ivan Rakitic et Luka Modric, entre autres, ont été critiqués pour avoir posé avec le chanteur Marko Perkovic Thompson, qui est souvent relié aux tendances nazies. « Le roi est arrivé. Le seul et unique. Allez la Croatie », a écrit Ivan Rakitic sur Instagram sous une photo où il pose en compagnie de Thompson, accusé de sympathie pour le régime oustachi pronazi.

Interdit en Suisse

Retransmettant en direct le trajet du bus des joueurs de l’aéroport au centre de Zagreb, la télévision nationale croate a montré des images du capitaine Luka Modric conversant avec le musicien controversé. Ce chanteur de 51 ans, toujours populaire en Croatie, a été critiqué pour avoir incité dans ses concerts la foule à lancer le « Za dom spremni », le salut oustachi. Plusieurs de ses concerts ont été interdits par le passé dans divers pays européens, dont la Suisse.

Ce chanteur s’est rendu célèbre dans les années 1990 par ses chansons patriotiques, mais ses détracteurs l’accusent de glorifier le régime pronazi croate en place pendant la Seconde guerre mondiale. Le régime oustachi d’Ante Pavelic, au pouvoir entre 1941 et 1945, est responsable de la mort et de la persécution de centaines de milliers de Serbes, de Juifs, d’opposants politiques croates et de Roms.