Mondiaux d'athlétisme: France Télévisions décide de se passer de Patrick Montel

TELEVISION Le commentateur historique de l’athlé sur le service public avait déjà été écarté de l’antenne lors du marathon de Paris suite à ses propos sur le dopage

Nicolas Camus

— 

Patrick Montel, dans les tribunes du Parc des Princes en 2013.
Patrick Montel, dans les tribunes du Parc des Princes en 2013. — REAU ALEXIS/SIPA

France Télévisions a décidé de se passer de Patrick Montel pour les Mondiaux d'athlétisme à Doha : le journaliste et commentateur historique de cette discipline sur le service public, déjà écarté du Marathon de Paris après des propos controversés sur le dopage, ne fait pas partie du dispositif dévoilé mardi par le groupe public pour couvrir l’événement.

France Télévisions a officialisé mardi l’équipe qui couvrira les Mondiaux, qui se dérouleront au Qatar du 27 septembre au 6 octobre. Alexandre Boyon et Alexandre Pasteur assureront les commentaires, accompagnés des consultants Stéphane Diagana et Yohann Diniz. En outre, Nelson Monfort se chargera des interviews en bord de piste, sa grande spécialité.

Patrick Montel, autoproclamé « voix de l’athlétisme », qui suit la discipline depuis plus de trente ans pour France Télévisions, ne couvrira donc pas ces Mondiaux. Il avait déjà été écarté du Marathon de Paris en avril, peu après des déclarations qui avaient fait couler beaucoup d’encre et attiré les foudres de certains grands athlètes. Il avait en revanche couvert les championnats d’Europe cet été en Pologne. Il commente actuellement le « match » d’athlétisme Europe/Etats-Unis à Minsk.

Vidéo Facebook et réactions outrées

« D’où vient le dopage ? Est-ce que c’est l’athlète lui-même qui est responsable du dopage ou est-ce que c’est un système qui conduit l’athlète à se doper ? », avait-il déclaré dans une vidéo sur sa page Facebook, ajoutant que « tout le monde a intérêt à ce que l’athlète se dope ». « Ceux qui ont le plus de moyens, de filouterie, vont réussir à passer entre les gouttes. Et les autres vont se faire choper », avait-il poursuivi.

Face à une avalanche de réactions outrées, notamment de la part du recordman du monde du décathlon Kevin Mayer, le journaliste s’était excusé. « Je me suis sans doute mal exprimé. Je suis persuadé qu’une immense majorité d’athlètes n’a pas recours au dopage », avait-il assuré.