Dopage: Kevin Mayer s'énerve très fort contre Patrick Montel et ses déclarations sur l'affaire Calvin

ATHLETISME Le recordman du monde du décathlon n'a pas apprécié le dernier Facebook live du commentateur

J.L.

— 

Kevin Mayer lors du Décastar de Talence en 2016.
Kevin Mayer lors du Décastar de Talence en 2016. — Nicolas Tucat / AFP

Kevin Mayer n’a pas apprécié la dernière sortie de Patou Montel en facebook live. Le grand manitou de l’athlétisme sur France Télévisions a livré son point de vue sur l'affaire Clémence Calvin, la vice-championne d’Europe tricolore du marathon suspectée d’avoir refusé de se prêter à un contrôle antidopage de l’AFLD fin mars au Maroc. Et le dit point de vue n’a pas trop plu au recordman du monde du décathlon, pour le dire gentiment.

« Le dopage est un raccourci pour les flemmards »

« Ces propos sortants de la bouche d’un commentateur sportif » spécialisé « dans l’athlétisme… Faire du dopage une généralité chez les Athlètes de haut niveau… Autant j’arrivais à supporter Patrick Montel malgré ses nombreux défauts, mais là c’en est trop », a embrayé Mayer sur twitter, avant de détailler son courroux. La raison ? Certains propos de Montel visant à exonérer la jeune femme de ses responsabilités​, au moins en partie.

« Oui c’est insupportable mais d’où vient le dopage ? Est-ce que c’est l’athlète lui-même qui est responsable du dopage ou est-ce que c’est un système qui conduit l’athlète à se doper ? (…) L’athlète, qui est doué au départ, va se retrouver dans ce circuit infernal et va être amené à se doper. Ajoutez à cela la médecine (…) L’athlète est pris dans un engrenage, parce que le dopage fait partie inhérente du système, tout le monde a intérêt à ce que l’athlète se dope, quand je dis tout le monde je me mets aussi dedans, parce que c’est vrai que quand il y a record du monde c’est plus fort qu’une performance moyenne »

Le dopage est un raccourci pour les flemmards qui n’ont aucune conscience. Je vous inviterai bien à passer avec moi les 6 derniers mois de ma préparation avant Doha… Mais ce serait un rude sacrifice de ma part, lui répond entre autres le vice-champion olympique de Rio. Alors que l’athlète est soupçonnée de s’être volontairement échappée pour ne pas subir le contrôle grâce à l’interposition de son compagnon et entraîneur, Patrick Montel a entonné un début de mea culpa sur twitter.

« Je répète avec force qu’en aucune manière je ne cautionne le dopage (…) Je constate seulement et le regrette que le sport de performance exacerbe la tentation de se doper (…)”, a-t-il écrit, estimant que les sanctions “ne méritent pas en plus que l’on s’acharne sur” les athlètes ».