Matthieu Sprick : «Jamais autant entendu mon nom»

©2006 20 minutes

— 

Interview de Matthieu Sprick, coureur de Bouygues Telecom, 66e au classement à 29 secondes.

Que ressent-on quand on habite Molsheim (Bas-Rhin) et qu'on s'échappe avec sept autres coureurs pendant 168 km sur les routes alsaciennes ?

C'était vraiment sympa car j'ai été très encouragé. Je n'ai jamais entendu autant de fois prononcer mon prénom en une journée ! En plus, le début de l'étape, ce sont mes routes d'entraînement. Quand Stéphane Augé a attaqué après deux kilomètres dans un virage à Holtzheim, j'ai sauté dans sa roue. Je connais par coeur cette ville car j'y habitais il y a encore six mois et j'allais y chercher tous les matins ma baguette de pain. Et je savais qu'on pouvait prendre le virage à bloc !

La déception d'avoir été repris à moins de 15 km de l'arrivée est-elle forte ?

Bien sûr, même si c'était une étape réservée aux sprinters. Sauf tergiversation dans le peloton, on était sûr que l'échappée serait reprise avant l'arrivée. En plus, je n'avais pas de super jambes. Le plus dommage, c'est qu'il y avait un coup à jouer pour porter le maillot de meilleur grimpeur. Mais dans l'ensemble, ça reste une belle journée. Le Tour commence bien !

Recueilli par J. S.