Football: Ces femmes hooligans qui cachent des fumigènes dans leurs parties intimes

FOOTBALL Prêtes à tout pour mettre l'ambiance dans leur stade, certaines supportrices n'hésitent pas à cacher des fumigènes dans leur parties intimes...

SB

— 

Les tribunes du Stade des Alpes lors de la réception de Grenoble en 2008
Les tribunes du Stade des Alpes lors de la réception de Grenoble en 2008 — POL EMILE/SIPA

Les stades suisses sont pleins de surprises. Théâtres de belles rencontres sportives, mais aussi de faits divers désolants, les antres du football helvétique souffrent d’une nouvelle forme de hooliganisme. En effet, des femmes, de plus en plus nombreuses, ne reculent devant rien pour introduire des fumigènes dans les stades. Pas même devant leur propre santé. «Nous avons découvert plusieurs fois des préservatifs qui ont contenu des petits fumigènes dans les toilettes des femmes. La dernière fois, c’était dans le courant de la saison», confie Christian Python, responsable de la sécurité du stade de Genève, au quotidien Le Matin. Pas besoin de faire un dessin. Certaines hooligans, car oui, il faut bien le dire, elles existent, n’hésitent pas à utiliser un moyen de transport qui n’est pas sans rappeler celui de la drogue, pour introduire des engins pyrotechniques dans les stades.

Un problème pour les stadiers

Et dans ce jeu perpétuel du chat et de la souris auxquels se prêtent supporteurs et stadiers, cette nouvelle technique de fraude apparaît comme déloyale. En effet, André Duvillard, commandant de la police de Neuchâtel, évoque dans les colonnes du quotidien suisse l’impossibilité physique et juridique à laquellesont confrontés les stadiers pour faire correctement leur métier: «Pour contrecarrer ce phénomère, il faudrait pouvoir pratiquer des examens corporels, et avoir recours à un scanner, comme dans les aéroports. Le hic, c’est qu’inspecter les parties intimes nécessite l’autorisation d’un juge, et ne peut être pratiqué que par les services de police. Or, la sécurité des stades est du ressort des clubs, qui font appel à des sociétés privées». Un bilan fataliste, en somme, qui n’empêche pas les hooligans de se prendre parfois les pieds dans le tapis. En effet, lors d’une rencontre du FC Zurich la saison passée, une femme a dû être évacuée du stade et envoyée aux urgences, car un fumigène était coincé dans ses parties intimes. Comme quoi, il n’y a pas que les stades suisses qui sont pleins de surprises…