Euro 2012: Les (improbables) scénarios de l'espoir pour les Experts

HANDBALL Il faudrait un miracle à l'équipe de France pour atteindre les demi-finales de l'Euro...

Bertrand Volpilhac, en Serbie

— 

Le Russe Chernoivanov tente de contrer le Français Nikola Karabatic lors du match France-Russie comptant pour le 1er tour de l'Euro 2012 en Serbie, mercredi 18 janvier 2012
Le Russe Chernoivanov tente de contrer le Français Nikola Karabatic lors du match France-Russie comptant pour le 1er tour de l'Euro 2012 en Serbie, mercredi 18 janvier 2012 — REUTERS/Laszlo Balogh

De notre envoyé spécial à Novi Sad,

Le handball a cette spécificité que pour comprendre les règles de ses grandes compétitions, il faut posséder la Médaille Fields de mathématiques. La France qualifiée, et pourtant presque éliminée? C’est aussi paradoxal que vrai. Et il lui faudra un sacré miracle, qui dépend des autres équipes autant que d'elle-même, pour espérer aller en demi-finale. Explications.

Pourquoi la France est-elle à zéro point?
Dans les quatre poules de quatre équipes qui composent cet Euro, seules trois nations par poules se qualifient pour le deuxième tour, aussi appelé tour principal. Ceux de la poule A rejoignent ceux et la B, et ceux de la C vont avec la D. Ce qui nous donne deux poules (1 et 2) avec six équipes. Mais tout ne recommence pas à zéro: les points acquis (deux pour une victoire, un match pour un match nul, zéro pour une défaite) lors de la première phase sont conservés, à l’unique exception du résultat face à l’équipe éliminée de la poule. Par exemple, la France a gagné contre la Russie, mais comme cette dernière finit quatrième de la poule C et est éliminée, les Bleus perdent le crédit de cette victoire et ne conservent que les points obtenus face à l’Espagne et la Hongrie. Soit 0 + 0, puisque les Experts ont perdu ces deux matchs.

Le classement de la poule des Français avant d’attaquer le tour principal:

1.       Croatie, 4 points
2.       Espagne, 3 points
3.       Hongrie, 3 points
4.       Slovénie, 2 points
5.       France, 0 point
6.       Islande, 0 point

Comment faire pour se qualifier?             

Pas évident, loin de là même. Il reste trois matchs à la France, les trois face aux équipes de la poule d’en face (la D, composée de la Slovénie, la Croatie et l’Islande, pour ceux qui n’auraient pas suivi). Partons du postulat de départ que l’équipe de France gagne ses trois matchs, condition sine qua non pour ne serait-ce qu’espérer faire partie des deux qualifiés pour les demi-finales. La France se retrouve donc à six points. Le mieux serait pour elle que dès dimanche, l’Espagne batte la Croatie et gagne dans la foulée tous ses matchs. L’Espagne finirait ainsi en tête avec 9 points. Dans le même temps, il faut que la Hongrie lâche des points (une défaite ou un match nul) face à l’Islande et/ou la Slovénie, puis qu’elle perde contre la Croatie. Ce qui donnerait la Hongrie entre 3 et 6 points, la Croatie à 6 (puisqu’on part du postulat qu’elle perd contre la France) et la France à 6 aussi. En cas d’égalité à trois, c’est le goal-average global qui compte, auquel cas il sera absolument vital de largement gagner les trois matchs. En cas d’égalité à deux avec la Croatie, c’est le goal average particulier qui compte, et donc la France sera qualifiée.

Le classement dans ce cas de figure après le tour principal:

1. Espagne (qualifiée), 9 points
2. France (qualifiée), 6 points
3. Croatie, 6 points
4. Hongrie, 5 points

NB: Dans ce schéma, on peut remplacer la Hongrie par l’Espagne, et inversement.

NB2: D’autres schémas sont évidemment possibles, mais on a volontairement choisi le plus crédible d’entre tous pour montrer à quel point la qualification est compromise.

Les Experts y croient-ils?
Franchement, non. Interrogés ce matin sur l’existence d’une infime lueur d’espoir, les Bleus assurent qu’ils vont d’abord jouer pour redresser la tête avant de voir si les résultats leurs sont favorables et se mettre à espérer. Car même si certains joueurs ont expliqué à Claude Onesta que «ce n’était pas fini», les statistiques sont là: jamais une équipe ne s’est qualifiée en arrivant avec zéro point au tour principal. Et Claude Onesta est bien d’accord: Pour le sélectionneur des Bleus, ces trois matchs du deuxième sont déjà «des matchs de préparation aux Jeux Olympiques.