Gilles Yapi : «J'ai comme un goût d'inachevé»

©2006 20 minutes

— 

Interview de Gilles Yapi, ancien meneur de jeu du FCNA, prêté aux Young Boys de Berne (D1 suisse).

Depuis février, vous jouez à Berne. Comment se passe cette expérience ?

Très bien. Même si nous avons perdu en finale de la Coupe de Suisse il y a une semaine contre Sion, une formation de D2 [1-1, 5 t.a.b. à 3]. Par ailleurs, j'ai été très bien accueilli. Les dirigeants suisses ont tout de suite compté sur moi. Ils m'ont donné du temps de jeu et j'ai ainsi accumulé beaucoup de confiance. J'ai retrouvé mon meilleur niveau.

Vous l'aviez perdu à Nantes, où vous n'avez été titulaire qu'à cinq reprises cette saison ?

Oui. J'ai été six mois à Nantes sans jouer. J'ai perdu du temps... C'est en grande partie de ma faute. Nantes ne me faisait plus confiance car je ne me retrouvais plus. J'ai beaucoup réfléchi à cela. J'ai fait des erreurs de jeunesse que je ne referai plus.

Il vous reste une année de contrat avec les Canaris. Entendez-vous revenir au FCNA ?

Ma priorité est de revenir à Nantes. J'ai envie de terminer ce que j'ai commencé ici. J'ai comme un goût d'inachevé. Mais ça ne dépend pas que de moi.

Quand serez-vous fixé sur votre avenir ?

J'en saurai davantage dans une dizaine de jours.

Etes-vous en contact avec certains dirigeants nantais ?

Oui. J'ai eu des contacts téléphoniques réguliers avec Japhet N'Doram [le recruteur] durant mon expérience en Suisse.

Et avec Serge Le Dizet, le coach ?

Non... (il sourit).

Recueilli par David Phelippeau