Franck Ribéry: «Depuis la Coupe du monde, j'ai beaucoup changé dans mon comportement»

FOOTBALL Le banni de Knysna est de retour à Clairefontaine et s'est expliqué pour la première fois depuis l'Afrique du sud...

Recueilli par Bertrand Volpilhac, à Clairefontaine

— 

Franck Ribéry, le 21 mars 2011, à Clairefontaine.
Franck Ribéry, le 21 mars 2011, à Clairefontaine. — M.EULER/AP/SIPA

 Les médias français ne lui avaient pas parlé depuis son apparition en tongs à Téléfoot, quelques heures avant la mutinerie de Knysna. Rappelé chez les Bleus par Laurent Blanc neuf mois plus tard, Franck Ribéry s’est de nouveau présenté devant la presse à Clairefontaine. Emu et heureux de retrouver l’équipe de France, le Munichois a malgré tout du mal à laisser derrière lui les blessures du passé. Et en veut toujours autant aux médias français, qui ne l’ont pas «respecté».

 

Que ressentez-vous aujourd’hui, à Clairefontaine?

Ca me fait bizarre d’être ici. Ca fait tellement longtemps que j’ai pas parlé aux journalistes français… Il y a des choses qui ont été dites de votre part qui m’ont beaucoup choqué. J’ai senti de l’acharnement, sur moi, ma femme, mes proches. J’ai peut être fait des choses pas toujours correctes, j’ai pas été bon dans les moments où il fallait… mais lors des problèmes privés que j’ai connus avant la coupe du monde vous avez dit des choses qui m’ont blessé.

C’est pour cela que vous ne vous exprimez plus face aux médias français?

J’ai toujours été disponible, je vous ai toujours respecté. Peut-être qu’on ne m’aime pas, qu’on aime pas ce que je fais, mais je demande moi aussi un peu de respect. Quand je vois certains titres, ce qui a été écrit… Mais bon, il faut oublier.

Revivez la conférence de presse de Franck Ribéry en live comme-à-Clairefontaine

Vous sentez-vous responsable de la débâcle sud africaine?

Je n’ai pas été bon sur le terrain et je n’ai pas su, à un moment donné, dire les choses qu’il fallait. J’étais présent, comme tout le monde. Mais à aucun moment je n’ai dit de faire ça, à aucun moment j’ai pris des décisions tout seul. On était 23, on a souffert tous ensemble, moi le premier. 

Avec quel état d’esprit revenez-vous, aujourd’hui, en équipe de France?

Je suis très heureux d’être la. Je reviens avec beaucoup d’ambition, beaucoup d’envie. J’ai un peu d’expérience en équipe de France, je sais comment ça fonctionne. J’ai connu des vrais bons moments en Equipe de France. Depuis la Coupe du monde, j’ai beaucoup appris, beaucoup mûri, beaucoup changé dans mon comportement. Je fais plus attention, et moins confiance aux gens. 

Vous ne vous entendiez pas avec Yoann Gourcuff lors de la Coupe du monde. Comment se sont passées vos retrouvailles?

Même ça je ne comprends pas. Comment vous avez fait pour écrire ça? Il y a jamais eu de problème avec Yoann. Moi, ce qui me plaisait pas c’est qu’on me fasse passer pour le méchant et lui le malheureux. J’aurais bien aimé qu’il fasse un démenti, mais il ne l’a pas fait. Je ne vous cache pas que je vais avoir une discussion avec lui. 

Quelle est votre relation avec Laurent Blanc?

Je suis content d’avoir vu Laurent Blanc, d’avoir longuement discuté avec lui (il y a quatre mois puis une nouvelle fois la semaine dernière). Cela m’a fait beaucoup de bien, m’a beaucoup touché. J’ai senti de sa part beaucoup de son soutien. Il avait vraiment envie que je revienne en équipe de France.