Robert Duverne considère l'altercation entre Anelka et Domenech comme «du pipi de chat»

FOOTBALL L'ancien préparateur physique des Bleus se paye au passage le journal «l'Equipe»...

A.P.

— 

L'entraîneur adjoint d'Arles - Avignon, Robert Duverne, le 14 août 2010 à Avignon.
L'entraîneur adjoint d'Arles - Avignon, Robert Duverne, le 14 août 2010 à Avignon. — B.Langlois/AFP

Le lanceur de chrono le plus célèbre de France est de retour. Huit mois après le clash Anelka-Domench et l’affaire du bus de Knysna, l’ancien préparateur physique des Bleus livre sa version de l’histoire au quotidien Sud-Ouest. Pour lui, l’altercation entre Raymond Domench et Nicolas Anelka à la mi-temps de France-Mexique n’avait rien d’extraordinaire. «Moi, j'ai vu bien pire dans les vestiaires de l'Olympique Lyonnais, affirme Robert Duverne. Des mecs qui ont failli en venir aux mains. Ce qui s'est passé entre Nico et Raymond, c'est du pipi de chat!»

Pour Duverne, c’est bien la une de l’Equipe qui a tout déclenché. Au passage, il donne une leçon de journalisme au quotidien qui avait restitué les insultes prêtées à Anelka. «C'est gratuit et ça rapporte beaucoup de pognon. Le fond de l'article est nul, je vous le dis, je sais écrire aussi. L'article est nul, l'édito est nul, sans fondement. Heureusement, il n'y a pas de faute de grammaire, ni d'orthographe…»

Pire en 2006

Sur sa lancée, il fait une révélation inattendue. A l’entendre, l’ambiance était meilleure avant cette fameuse une en 2010 que lors de la Coupe du monde 2006. «Il n'y avait pas de malaise. En revanche, un malaise avant le match face au Togo au Mondial 2006, il y en avait un, moi je peux vous le dire. Personne ne l'a vu et personne n'a fait de une. Et pourtant, on est allés en finale!» La taupe ne devait pas être encore là.