Coupe du monde de rugby: La Nouvelle-Zélande cherche à rassurer sur l'organisation des matchs à Christchurch

RUGBY Après le tremblement de terre...

B.V. avec REUTERS

— 

Un immeuble est effondré sur des véhicules en stationnement après le séisme de magnitude 6,3 à Christchurch, Nouvelle-Zélande, le 22 février 2011.
Un immeuble est effondré sur des véhicules en stationnement après le séisme de magnitude 6,3 à Christchurch, Nouvelle-Zélande, le 22 février 2011. — L. MCMILLAN / AFP

«J'aimerais pouvoir accueillir le Coupe du monde de rugby comme nous l'avions prévu». Au lendemain du terrible tremblement de terre qui a frappé la Nouvelle-Zélande, le premier ministre néo-zélandais John Key a tenté de rassurer sur la capacité de Christchurch à accueillir, comme prévu, les matches de la Coupe du monde de Rugby du 9 septembre au 23 octobre prochain.

Sept matchs prévus dans l’enceinte

Le stade de la deuxième ville de Nouvelle-Zélande doit accueillir sept matchs dont ceux d'ouverture de l'Angleterre et de l'Australie et deux des quarts de finale.

Le tremblement de terre, le deuxième à frapper la ville en cinq mois, a tué au moins 75 personnes et a provoqué d'importants dégâts matériels.

«Cela serait la preuve que Christchurch est remise d'aplomb. L'une des incertitudes concerne le logement, les hôtels ont subi d'importants dégâts», a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse mercredi à Wellington.

«Trop tôt pour parler des conséquences»

Les organisateurs de la Coupe du monde ont estimé qu'il était trop tôt et qu'il serait inapproprié de s'avancer sur l'impact du séisme. «En ce moment, la Coupe du monde de rugby 2011 doit se tenir en retrait alors que Christchurch fait face aux suites de la tragédie», a déclaré le chargé de communication de l'événement sportif, Mike Jaspers, dans un courriel.

«Nos pensées vont aux habitants de la région. Il est trop tôt pour parler des conséquences pour le tournoi.»