Chavanel rafle la mise

CYCLISME Le coureur français remporte la deuxième étape du Tour et enfile le maillot jaune...

Matthieu Payen

— 

Sylvain Chavanel enfile le maillot jaune à Spa (Belgique) à l'issue de la deuxième étape du Tour, le 5 juillet 2010
Sylvain Chavanel enfile le maillot jaune à Spa (Belgique) à l'issue de la deuxième étape du Tour, le 5 juillet 2010 — REUTERS/Bogdan Cristel

Une belle revanche. En franchissant en tête la ligne d’arrivée à Spa, en Belgique, Sylvain Chavanel a certainement oublié un instant ses galères de début de saison. L’espace d’une étape, tout a souri à l’ancien espoir du cyclisme français, désormais maillot jaune du Tour. Et pourtant, les routes belges avaient bien failli mettre un terme prématuré à sa carrière. En avril, lors de Liège-Bastogne-Liège, il heurte une voiture de course de plein fouet juste avant l’arrivée. Bilan: fracture du crâne. «Il faut se dire qu’il y a deux mois, il était considéré comme presque perdu pour le sport», rappelle son coéquipier et ami Jérôme Pineau.



«Sa blessure lui a permis de se reposer»



Mais Chavanel prouve qu’il ne croit pas à la fatalité en lançant l’échappée du jour dès le 11e kilomètre de l’étape. Celui que l’on surnomme «Mimosa», pour ses imitations de Richard Bohringer dans le film «Une époque formidable», prouve aussi qu’il ne porte pas la guigne. «Dans le vélo, la roue tourne», résume joliment le coureur. Dans les dernières difficultés du jour, il place une attaque qui dynamite le groupe d’échappés. Au même moment, derrière, une multitude de chutes causées par la chaussée détrempée ralentissent le peloton. Contador et Armstrong tombent, sans gravité. Andy Schleck va lui aussi au sol et se relève en grimassant, le coude ensanglanté. D’autres finissent leur journée à l’hôpital. Le Français Mickaël Delage, touché au visage, ne repart pas.



L’hécatombe est telle que les équipes décident de ne pas disputer la fin de l’étape à fond. Le Suisse Fabian Cancellara dit adieu à son maillot jaune car Chavanel s’envole, porté par des jambes de feu. «On ne souhaite jamais un accident, mais sa blessure sur Liège-Bastogne-Liège lui a permis de se reposer, d'être plus frais», analyse notre blogueur Amaël Moinard, pris lui aussi dans les chutes à répétition. «Mimosa» empoche cette deuxième étape, prend le maillot jaune avec une coquette avance de 2 minutes 57 d’avance sur Fabian Cancellara et glane, au passage, le maillot vert du classement par points. Et pour bien faire, son ami Jérôme Pineau enfile le maillot à pois de meilleur grimpeur.