Pierre Louis Costes vise le titre mondial

Lauren Horky

— 

Pierre Louis Costes, licencié à l'Ocean Roots Surf Club et 2e au classement mondial provisoire, touche son rêve du bout des doigts.
Pierre Louis Costes, licencié à l'Ocean Roots Surf Club et 2e au classement mondial provisoire, touche son rêve du bout des doigts. — DR

Et si cette saison était la bonne ? Celle d'un premier titre de champion du monde. A tout juste 20 ans, le bodyboarder Pierre Louis Costes, licencié à l'Océan Roots Surf Club d'Arcachon, écume les plus belles vagues du monde depuis presque dix ans. Et après quatre ans sur le circuit mondial, le multiple champion de France n'a jamais semblé aussi prêt de décrocher le grâal.
Un mois de mai de feu, avec deux sacres sur les étapes de Buzios (Brésil) et Lima (Pérou) – ses premiers à ce niveau –, le propulse à la deuxième place du classement général IBA (International Bodyboarding Association). « Au Pérou, je n'aurais jamais imaginé réaliser un tel parcours. Je me suis retrouvé dans une partie de tableau très compliquée, je ne pensais pas aller au bout. »

« Plus envie et moins de pression »
Et pourtant… Pierre Louis Costes se débarrasse tour à tour de l'Australien Dave Winchester, vice-champion du monde l'an dernier, puis de son compatriote Ryan Hardy, 3e au général en 2009, avant de faire tomber le champion du monde en titre, la légende américaine Jeff

Hubbard. « A chaque fois, j'ai entamé mes séries battu d'avance. Mais j'avais peut-être plus envie et moins de pression. Au final, j'ai engrangé un maximum de confiance. » Une confiance qui lui permet de surfer sans retenue en finale. Contre son compagnon de route Amaury Lavernhe, un autre « Frenchie » et actuel leader du circuit mondial, le bodyboarder girondin lâche tout sur sa première vague et récolte, grâce à un énorme backflip, le premier 10 sur 10 de sa carrière qui lui offre la première marche du podium. « Je ne sais pas ce qui m'a pris, j'avais déjà tenté cette manœuvre auparavant, mais dans ces conditions elle n'était jamais passée. C'est ma plus belle en dix ans de bodyboard. »

L'expérience pour faire la différence
Le plus important reste qu'« il s'est peut-être passé quelque chose là-bas ». Ce petit truc qui pourrait lui permettre de franchir un nouveau cap dans sa progression jusqu'au sommet. « Jusqu'à aujourd'hui, j'ai toujours fait de bons classements au général du circuit IBA. Dès ma première année, j'ai lutté pour le titre, mais c'était surtout grâce à ma régularité. Là, pour la première fois cette saison, je remporte des étapes. Ça ne m'était encore jamais arrivé et c'est ce qui me donne encore plus envie de croire à mon rêve. » D'autant plus que Pierre Louis peut désormais compter sur un atout supplémentaire : son expérience. « C'est certainement ce qui m'a manqué les années précédentes. J'ai commis certaines erreurs, notamment dans la gestion de la dernière étape, que je ne commettrai plus. » Ne lui reste plus qu'une marche à gravir.