Soupçonné de blanchiment de fraude fiscale aggravée, Bernard Laporte ressort libre de garde à vue

RUGBY L’ex-sélectionneur est ressorti libre quelques heures après son placement en garde à vue, sans poursuite à ce stade. Laporte est en retrait depuis-mi décembre de la présidence de la FFR après une condamnation judiciaire dans une affaire de corruption

W.P.
— 
Bernard Laporte
Bernard Laporte — AFP

Bernard Laporte n’est pas au bout de ses peines. Le président de la fédération française de rugby (FFR), en retrait depuis mi-décembre après avoir été condamné dans une affaire de corruption, a été placé ce mardi en garde à vue, selon une information relayée par L’Equipe.

Selon le quotidien sportif, il s’agit là d’une tout autre affaire, puisque Bernard Laporte a été entendu pour blanchiment de fraude fiscale aggravé, avec deux autres personnes. Les investigations, lancées en août 2020, ont été confiées au Service d’enquête judiciaire des finances, a indiqué le parquet national financier (PNF).

Pas de corrélation avec le dossier Altrad

« Il est sorti sans aucune convocation de police, ni de présentation à un juge d’instruction », a déclaré son avocat, Jean-Pierre Versini-Campinchi. « C’est une affaire dans laquelle il se trouve impliqué pour avoir été associé avec des amis rugbymen il y a longtemps. On ne lui a ni reproché d’avoir fraudé ni d’avoir touché aucune somme », a ajouté le conseil de l’ex-sélectionneur du XV de France.


Cette nouvelle intervient alors que depuis lundi - et jusqu’à jeudi - les clubs de rugby de toute la France sous soumis à un référendum sur la nomination de Patrick Buisson au poste de président délégué de la FFR, le temps de la mise en retrait de Bernard Laporte. Les opposants du président de la Fédération appellent à voter non pour pousser à l’organisation d’une élection générale. Et ce dernier rebondissement risque bien de renforcer l’opposition au clan Laporte.