Le Canada chavire de bonheur

VANOCUVER2010 Le Canada remporte le titre olympique de hockey face aux USA et Vancouver entre en fusion...

M. Go

— 

Les supporters canadiens fêtent la victoire de leur équipe de hockey aux JO de Vancouver, le 28 février 2010.
Les supporters canadiens fêtent la victoire de leur équipe de hockey aux JO de Vancouver, le 28 février 2010. — Reuters

De notre envoyé spécial à Vancouver

L’apothéose était programmée. Son scénario a fait chavirer le Canada. Une égalisation des Américains à 24 secondes du buzzer, puis un but en or du gendre idéal Sidney Crosby. L’angoisse avant l’éruption collective, Hollywood est bien situé dans le même fuseau horaire que Vancouver. La médaille d’or autour du cou, les hockeyeurs canadiens sont restés  pendant de longues minutes profiter de la fournaise de la Canada Hockey Place. «Go Canada, go…», hymne national, tour de patinoire avec le drapeau canadien, la 14e médaille d’or du Canada (record absolu des JO d’hiver) est la plus belle de ces JO. «C’est la concrétisation de ma passion pour le hockey», explique Crosby assailli par les journalistes.

>> Voir la soirée en images ici

Les coastards-cravates en maillots

Un match de hockey en guise de bouquet final pour ces JO «proudly canadians». Dès les premières heures de dimanche, une marée rouge avait envahi Vancouver. Pendant le match, des chants, des interviews de médaillés d’or diffusés sur les écrans géants. Filmés en gros plan, les stars made in Canada comme Michael J; Fox, sont acclamées. Dans les loges VIP, les cadres ont revêtu le maillot canadien sur leurs costards, les adolescents posent avec Jon Montgomery, médaillé d’or en skeleton. «Ces Jeux ont été une grande occasion pour le pays au niveau humain», analyse l'organisateur des JO, John Furlong, quelques minutes avant le but de Crosby.

 Ambiance France 98

«C’est beaucoup d'émotion à partager avec les gars et avec tout le Canada. C'est un rêve», explique Crosby. Le Kid n’est pas le seul à avoir rêvé. La reconquête du titre olympique face au voisin américain a boosté un peu plus le patriotisme de tout un pays. Spontanément, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées, notamment dans Granville Street. Ambiance Champs-Elysées, époque France 1998. Visages peinturlurés, bières et concert de klaxons en décapotable (la magie des JO d’hiver à Vancouver). Avec quelques particularités locales: la distribution de Hang Five ou encore la crosse de hockey en étendard de la feuille d’érable. Le tout dans une joyeuse ivresse collective qui ferait presqu’oublier que les autorités ont fermé les magasins de boisson jusqu’à 19 heures. La soirée durera au-delà. «Ce soir, je me sens fier d’être canadien. C’est quand même quelque chose de spécial de gagner une médaille d’or chez soi», glisse Jarome Iginla, auteur de la passe décisive (assist) sur le but de Crosby. On en oublierait presque la vraie cérémonie de clôture des JO.


a