Nikolay Davydenko, maître du Masters

TENNIS Le Russe a remporté sa plus belle victoire face à Juan Martin Del Potro en finale du Masters de Londres (6-3, 6-4)...

M. Go.

— 

 Nikolay Davydenko, vainqueur du Masters de Londres, le 29 novembre 2009.
 Nikolay Davydenko, vainqueur du Masters de Londres, le 29 novembre 2009. — Reuters

Grands sourires, blagues au micro, bras levés en l’air, le placide et bosseur Nikolay Davidenko n’a peut-être jamais paru aussi heureux que dimanche. Il y a de quoi. Au terme d’une finale expéditive (6-3, 6-4), le Russe a remporté sa plus belle victoire sur le circuit en ramenant la Coupe du Masters qui réunit les 8 meilleurs tennismen de la planète.


Une victoire de prestige pour l'homme en forme de cette fin de saison. «Il est très fort, il va vite, il joue comme une PlayStation», a soufflé Juan Martin Del potro après s'étre fait punir en 1h23.



>> Pour revivre cette finale, cliquez ici  

 

Au passage, Davydenko a empoché 750.000 dollars (environ 500.000 euros)  mais surtout vaincu quelques démons. Redouté par la plupart des joueurs du circuit, le Russe qui s’entraîne en Allemagne, a longtemps été fébrile lors des grands rendez-vous (aucune finale disputée en Grand Chelem, une finale du Masters perdue la saison dernière). Symbolique de ces difficultés, le Russe avait perdu ses 12 rencontres face à  Roger Federer.


A Londres, non seulement il a fait sauter le verrou suisse en demi-finale mais il a aussi battu tous les vainqueurs de Grand Chelem de cette année (Nadal, Federer et Del Potro). «Voir mon nom sur le trophée aux côtés de ceux de Federer et Sampras, c'est extraordinaire. J'espère être plus connu en Russie maintenant. Quand j'ai joué contre Safin à Moscou, j'ai été déçu de voir que 80% des gens étaient pour lui», a exulté Davydenko.


Un état de grâce loin d'être une surprise. Blessé au talon en début d’année Davydenko, qui a longtemps traîné des casseroles à cause d'une affaire de matchs truqués pour laquelle il a été blanchi, est revenu très fort à partir de l'été. Depuis, il a remporté cinq finales (Hambourg, Umag, Kuala Lumpur, Shanghai, Masters de Londres).