Qu'est-il vraiment arrivé à Brice Taton?

A.P.

— 

 Les supporters toulousains, le 8 août 2009 à Monaco.
 Les supporters toulousains, le 8 août 2009 à Monaco. — B.Bruno / SIPA

Rappel des faits. Le 17 septembre dernier, le TFC se déplace en Serbie pour rencontrer le Partizan Belgrade en Europa League (victoire 3-2 du club français). Quelques heures avant la victoire 3-2 du club français, Brice Taton, un membre actif des Indians (principal groupe de supporters toulousains), attend le début du match (prévu à 21h) dans un pub du centre-ville avec une dizaine de Toulousains.

«C’était une bande de colosse»
 
Arrive alors un important groupe de hooligans du Partizan. Interrogé le 20 septembre par La Dépêche du Midi, le directeur général, se demande s’il ne s’agissait pas plutôt de voyous venus en découdre.  «C'était une bande de colosses qui étaient descendus en ville armée de battes de base-ball. Ils voulaient manifestés contre la gay-pride à venir. Ils défilaient dans une rue commerçante (...) bordée de commerces quand ils ont trouvé le groupe de Toulousains», raconte Jean-François Soucasse.
 
Dans le pub, les supporters du TFC  sont très vite pris en étau comme le raconte Johan (20 ans). «J'ai réussi à vite m'échapper car j'avais la chance d'être bien placé. Je me suis rendu au stade. C'est seulement  à un quart d'heure de la fin du match que j'ai su que quelque chose de grave était arrivé. Les jours précédents, je n'avais jamais ressenti de «pression» dans la rue», développe le jeune homme.
 
Jeté de 10 mètres de haut
 
Brice Taton est moins chanceux. Lui et deux amis se trouvent cernés dans le pub et sont alors agressés avec une violence sans nom. Taton est frappé à plusieurs reprises. Ces agresseurs utilisent même des battes de base-ball comme le rapporte la police serbe. Sorti de force de l’établissement par ses agresseurs, le Français de 28 ans est jeté du haut d'un muret et de fait une chute de 10 mètres. Il est évacué en urgence vers l’hôpital le plus proche. Gravement touché au cerveau, Brice Taton est opéré deux fois, mais son état neurologique n’a cessé de se dégrader jusqu’à l’annonce de son décès mardi matin.

Dix suspects ont été placés en détention pour trente jours et risquent d'être inculpés de «tentative de meurtre aggravée». Les prévenus risquent des peines allant de 30 à 40 ans de prison. La justice a de son côté demandé une autospie du corps de Brice Taton.  Ses parents doivent être entendu par le juge chargé de l'enquête, mercredi à Belgrade.