Le VAFC ne veut pas qu'on dévalue sa victoire

— 

Il ne faisait pas bon trouver des excuses à l'OM, samedi soir, dans les couloirs de Nungesser. Car les Valenciennois, après avoir fait tomber l'un des favoris pour le titre (3-2), n'avaient aucune envie de se faire raboter leur part de gloire. Avant le match, David Ducourtioux avait déjà prévenu : « S'il vous plaît, si on gagne, ne dîtes pas qu'ils avaient la tête au Real Madrid. »

Le latéral droit nordiste, replacé au milieu de terrain ce samedi, n'a trouvé personne à reprendre. Car Valenciennes a mis tout ce qu'il fallait pour faire chuter des Marseillais qui n'étaient pas venus en tongs. « Techniquement, nous sommes très bien au milieu. Devant on sait faire la différence. Le système (4-3-3) est intégré dans nos têtes. Il fallait qu'on se trouve, c'est fait », souffle Johan Audel. Et si le VAFC a encore été fébrile derrière, les défenseurs se sont fait pardonner en marquant les trois buts de leur équipe (Ducourtioux, Bisevac, Rafael). « On n'a pas été excessifs après avoir perdu les trois premiers matchs, on ne le sera pas maintenant », tempère Philippe Montanier, le coach valenciennois. Sa formation reste maintenant sur quatre matchs sans défaites. Elle a aussi profité de la réception du meilleur ennemi marseillais pour prendre ses trois premiers points à Nungesser. Et par ricochet, apaiser les derniers malentendus avec ses supporters. W

A. M.