Les Boxers commencent leur saison en enfer

Rémi Bostsarron

— 

Stephan Tartari est inquiet. Plutôt serein, d'habitude, avant le lancement de la saison de D1, l'entraîneur des Boxers a, cette fois, de bonnes raisons de craindre un démarrage difficile, à quatre jours de la première sortie de ses hommes face à Brest. « La préparation ne s'est pas aussi bien passée que d'habitude », explique-t-il. Il faut avouer que son équipe a fait preuve d'une extraordinaire malchance, ces dernières semaines : avec des dents cassées, une oreille abîmée, un visage suturé, des adducteurs douloureux et une appendicite aiguë, c'est une pluie de calamités qui s'est abattue sur eux et a emporté cinq joueurs majeurs, qui manqueront tous l'ouverture du championnat.

Avec un effectif réduit à quinze joueurs valides, les Boxers ont donc mené une campagne de matchs amicaux difficile à analyser. Capables d'étriller (16-1) Anglet (D2) comme de s'incliner (3-7) contre Toulouse (D2), ils abordent cette saison sans certitudes sur leurs capacités. « L'effectif a moins tourné que prévu, et les joueurs sont fatigués, souligne Stéphan Tartari. En plus, comme la plupart des absents sont des attaquants, j'ai dû faire jouer des défenseurs à leur place. Ce n'est pas évident de travailler dans ces conditions. »

En résumé, les Bordelais ne sont pas vraiment prêts à débuter leur saison, et ça tombe mal, car le calendrier n'est pas tendre avec eux : bien que promus cette année, les Bretons attendus samedi à Meriadeck sont les grandissimes favoris de la division. « Ce n'est peut-être pas plus mal de débuter contre eux, tente pourtant de se convaincre l'entraîneur bordelais. De toute façon, on ne dispute pas le même championnat. Eux n'ont pas un seul Français dans leur équipe, que des étrangers qui leur ont coûté hypercher. Ce n'est que du business, sans identité, très loin de notre philosophie. Nous, on va faire de notre mieux avec nos jeunes, sans transiger sur nos valeurs. » Objectif déclaré : terminer à l'une des huit premières places, qualificatives pour les play-offs. W