Jérémy Toulalan: «Si on ne marque pas très vite, ça peut devenir très compliqué»

FOOT Le milieu des Bleus s'attend à une attaque-défense mercredi contre les Féroé...

Propos recueillis par A.P.

— 

L'émotion du départ des sept est encore là. "C'était dur pour tout le monde, on était pas mal à avoir les boules", confie Jérémy Toulalan
L'émotion du départ des sept est encore là. "C'était dur pour tout le monde, on était pas mal à avoir les boules", confie Jérémy Toulalan — Franck Fife AFP

A deux jours d’un déplacement déjà décisif aux Iles Féroé dans la course à la qualification pour la Coupe du monde, le milieu défensif lyonnais sait ce qui attend l’Equipe de France.

Comment abordez-vous ce match contre les Iles Féroé?
Quand on reprend en août avec la sélection, c'est pour des amicaux. Là, c'est différent, c'est important, on n'a plus le droit à l'erreur, on ne peut pas passer au travers de ce match-là, on se doit de gagner, même si les conditions ne seront pas faciles face à une opposition regroupée derrière. C’est une équipe qui ne fait que défendre, mais défend très bien. D’ailleurs, ils ne prennent pas beaucoup de buts même s’ils perdent très souvent.

Comment aborde-t-on ce type de match face à une équipe qui risque d’être recroquevillée devant son but?
Si on ne marque pas très vite, ça peut devenir très compliqué. Les Féroé est une équipe qui défend bas, si on n'arrive pas à marquer, ça va les conforter dans le fait de bien défendre. C'est un match un peu piège un peu, comme un match de Coupe de France, quand on joue contre une petite équipe.

C’est le type de rencontre où l’on attend d’un milieu défensif qu’il se projette vers l’avant. Ressentez-vous ce devoir?
Face à ce genre d’équipe, on sera forcé de le faire. C'est quelque chose qu'on veut apporter avec Lassana Diarra: faire plus d'efforts, apporter notre soutien aux attaques. Il va falloir le faire plus, être intelligent aussi, ce ne sera pas facile de déplacer leur bloc. Je sais que je dois apporter plus offensivement à l’équipe, je ne prends pas mal les critiques à ce sujet. Quand les critiques sont constructives, elles font avancer.

Etes-vous surpris par l’importance que prend Yoann Gourcuff chez les Bleus?
Un peu. Je l'ai connu quand il était à Rennes. On voyait déjà que techniquement, il était au-dessus du lot, très fort. Mais je ne pensais qu'il serait à ce niveau-là. Cette saison, il est parti sur des bonnes bases alors c’est toujours plus difficile de confirmer.