Solitaire du Figaro: «Il faut dormir au minimum 3 heures»

Propos recueillis par Alexandra Patard

— 

Isabelle Joschke, concurrente de la Solitaire du Figaro 2009.
Isabelle Joschke, concurrente de la Solitaire du Figaro 2009. — Th. Martinez/Sea&Co
Vous avez un parcours atypique dans la voile. Vous avez commencé la course au large il y a seulement cinq ans. Quel a été le déclic?

Je voulais vivre une aventure, celle de la mini transat, avec le bateau que j'avais acheté. Et puis au fil des courses, je me suis rendue j'aimais ça, naviguer. Donc j'ai voulu en faire mon métier et tenter la course au large.

Vous allez courir aux côtés de grands navigateurs comme Michel Desjoyeaux. Cela vous fait quelle impression?

Je trouve ça super. Leur présence ici donne beaucoup de valeurs à la course. Je suis fière de naviguer à côté d'eux. Ça me donne envie de faire de mon mieux.

Comment vous êtes-vous préparée à la course?


J'ai fait de la muscu, de l'endurance. Je suis retournée sur l'eau au mois de janvier pour m'entraîner. Et comme chaque année, je prends des cours de météo. J'ai aussi préparé chaque étape de la course.

Et au niveau du sommeil plus particulièrement?

Avec Damien Léger, médecin spécialiste du sommeil, on a réalisé une étude pour savoir quelles sont les heures de repos à respecter, combien d'heures minimum il faut dormir pour acquérir une routine sur les courses au large. Et on a appris qu'il y a des heures précises pour le sommeil. Il faut par exemple dormir au minimum 3 heures par tranche de 24h.

Quels sont vos objectifs pour votre seconde participation à la Solitaire du Figaro?

J'ai gagné une étape l'année dernière sur le circuit Figaro, au Cap d'Istanbul. Mais j'ai terminé loin au classement général. Là, mon objectif est d'être la plus régulière possible. J'aimerais bien finir dans les quinze premiers, mais ça va être dur.