Un mercato en pente douce

Antoine Maes

— 

De nombreuxéléments lensois actuellement en stage sont en instance de départ.
De nombreuxéléments lensois actuellement en stage sont en instance de départ. — B. CHIBANE / SIPA

Pour le Racing, c'est encore un été compliqué. Comme la saison passée, Jean Guy Wallemme doit préparer un groupe d'une trentaine de professionnels, dont une bonne moitié n'est pas du tout assurée de débuter la saison dans l'Artois. En clair, les Artésiens, obligés de dégraisser s'ils veulent pouvoir recruter, sont tributaires du marché. « J'ai demandé à chacun de se préparer du mieux possible, que son avenir soit à Lens ou ailleurs », explique le coach lensois.

Pour le moment, tout se passe correctement. Au Touquet, en fin de semaine passée, contre Calais (victoire 4-2), le coach a fait tourner, donnant du temps de jeu à tout le monde. Ou presque, puisque Kanga Akalé et Toifilou Maoulida sont restés confinés sur le banc de touche. Ces deux-là sont condamnés à partir. Mais les autres sont aussi susceptibles de quitter le navire au cours du mercato. « Certains éléments vont être davantage sollicités que d'autres, mais c'est aussi un échange que nous aurons avec le président par rapport à l'aspect économique », souligne Wallemme, qui fait contre mauvaise fortune bon coeur. Une méthode qui lui avait permis, l'an passé, de garder un groupe serein du début à la fin du championnat. W