Chardy a joué à se faire peur

TENNIS Le Français n'est pas passé loin de la catastrophe contre l'Italien Bolelli...

Alexandre Pedro

— 

Le tennisman français Jérémy Chardy, lors d'un match à Munich contre Thomas Berdych, le 9 mai 2009.
Le tennisman français Jérémy Chardy, lors d'un match à Munich contre Thomas Berdych, le 9 mai 2009. — A.Beier/REUTERS
De notre envoyé spécial à Roland-Garros

Double break en poche dans le dernier set, le camp Chardy peut souffler et enfin penser à la suite. «Bon, on va peut-être pouvoir partir bouffer», glisse Cédric Pioline au préparateur du jeune Français, Paul Quentin. Un jeu de service et cinq balles de match plus tard, le repas peut être avancé. Addition finale: 6-2, 6-3, 4-6, 4-6, 6-1. Mais Jérémy Chardy a mis au supplice les nerfs et les estomacs de ses proches en laissant revenir Simone Bolelli de deux manches à rien à deux sets partout.

Circonstance atténuante au relâchement du Français, dans le genre imprévisible et lunatique son adversaire se posa là. Pendant plus d'une heure, Bolelli va ainsi arroser avec le détachement propre aux garçons trop talentueux. Sans forcer, Jérémy Chardy paraît filer vers une qualification logique pour le troisième tour quand arrive le coup de la panne. «Je fais l'erreur de le laisser joueur, je recule trop, lui lâche ses coups et on rentre dans une tout autre spirale», analyse après coup le Palois.

«J'ai commencé à le regarder droit dans les yeux»


Alors que le match semble tourner dans le mauvais sens pour lui, Jérémy Chardy décide de se faire violence: «Sur ma chaise avant le début du cinquième, je me suis dit d'arrêter de penser à mes sensations. Je suis reparti avec une attitude de guerrier,  j'ai commencé à le regarder droit dans les yeux».

Plus agressif, le huitième de finaliste de l'an dernier reprend le fil de son jeu pour enfin venir à bout de la résistance de Bolelli. Heureux de la réaction d'orgueil de son joueur, Frédéric Fontang n'était pas dupe à la sortie de la rencontre: «Contre Bolelli ça passe, mais ça cassera contre un joueur d'un autre calibre». Contre Tommy Haas ou Leonardo Mayer au prochain tour, la leçon devra être retenue.