Marc Gicquel: «Si je peux lui mettre trois fois 6-0, je le fais»

TENNIS Le Français n'a fait qu’une bouchée de l'Allemand Rainer Schuettler (6-0, 6-0, 6-4)...

Propos recueillis par A.P.

— 

Le Français Marc Gicquel, 42e mondial, a battu l'Argentin David Nalbandian (tête de série N.7) 5-7, 6-2, 6-4, mardi au premier tour du tournoi de tennis sur gazon de Halle (ouest).
Le Français Marc Gicquel, 42e mondial, a battu l'Argentin David Nalbandian (tête de série N.7) 5-7, 6-2, 6-4, mardi au premier tour du tournoi de tennis sur gazon de Halle (ouest). — Jacques Demarthon AFP/Archives

Marc Gicquel n’a pas eu à forcer son talent contre un adversaire visiblement pressé de quitter Paris. Celui qui n’a jamais dépassé le deuxième tour à Roland-Garros avoue avoir jeté un œil sur un tableau qui lui donne le droit de rêver.

Quand on mène 6-0, 6-0, 2-0, on se dit quoi ? Qu’on est le meilleur du monde?
Non. Il faut bien rester dans le match. Il n’allait pas me le donner. Même si au début du  troisième il a voulu me filer un ace qui avait été donné let. Mais je me suis toujours dit que ça pouvait tourner très vite.

Vous vous êtes mis dans sa tête à un moment?

Si je peux lui mettre trois fois 6-0, je le fais. N’importe qui le ferait. Si je lui donne un jeu, je peux le remettre dans le match. En 2006, j’ai connu cette situation contre Nicolas Kieffer à l’Open d’Australie. Je prends 6-0, 6-1 en 35 minutes et je perds finalement le match 11-9 au cinquième set. C’est le tennis, il faut se concentrer jusqu’au bout.

Votre tableau est assez ouvert. Vous y avez jeté un œil?

J’ai regardé les deux premiers tours… et un peu le troisième. C’est vrai que j’ai un tableau correct. Au prochain tour je prends Andreas Beck, c’est un bon joueur mais ça reste ouvert. En seizième je peux retrouver Roddick. Même si ce n’est pas sa surface, il faut faire un match sérieux pour le sortir. Et puis j’aimerai bien venger Romain Jouan (sorti par l’Américain au premier tour) et la Bretagne.

Vous vous sentez en mesure de battre n’importe qui sur ce tournoi?
N’importe qui je ne pense pas (rires). On va déjà enlever le premier (Rafael Nadal). Après, je pense pouvoir embêter pas mal de monde.