OL - Stade Rennais : Sévèrement défait par la bande à Genesio, Lyon est à nouveau lâché dans la course au podium… Revivez ce tournant (2-4) de Ligue 1 avec nous

FOOTBALL Les Lyonnais ont été totalement dépassés (2-4), ce dimanche au Parc OL, par des Bretons qui ont compté jusqu’à quatre buts d’avance en début de seconde période. Le groupe de Peter Bosz peut quasiment tirer un trait sur le podium de la Ligue 1, désormais à 8 longueurs

Au Parc OL, Jérémy Laugier
— 
Benjamin Bourigeaud a ouvert le score, ce dimanche, au terme d'une action rondement menée. JEFF PACHOUD
Benjamin Bourigeaud a ouvert le score, ce dimanche, au terme d'une action rondement menée. JEFF PACHOUD — AFP



Et hop, comme prévu, voici notre débrief vidéo de cette rencontre.

Voici également notre premier sujet de retour sur ce match, anglé sur le spectaculaire coup d'arrêt de Lyonnais, qui se voyaient bien lancer pour de bon leur sprint final ce dimanche.


 

Et voilà, on vous laisse donc sur ce succès rennais archi mérité (2-4) et qui aurait même mérité d'être bien plus large. Les Bretons se retrouvent provisoirement 3es, avec 8 points d'avance sur l'OL, et ils mettent bien la pression sur l'OM qui joue ce soir à Brest. Grand merci à tous de nous avoir suivis les amis, et on se retrouve très vite pour de nouvelles aventures sur 20 Minutes, avec notamment des articles de retour sur ce match en fin de soirée et demain matin sur le site, ainsi que notre traditionnel débrief vidéo dans la soirée. La bise.
Et c’est bouclé dans une bien triste ambiance. Lukeba, Gusto et Lopes sont comme figés dans leur surface. Elle va être très dure à digérer pour les Lyonnais celle-ci. Les sifflets sont sans surprise nombreux, même si le stade s’était déjà vidé en grande partie.
90e : Quatre minutes de temps additionnel mais n’en espérez rien de folichon hein, le stade s’est d’ailleurs sacrément vidé. Triste cet OL, et nul doute que Genesio en voudra à ses joueurs d’avoir offert deux buts, car Lyon n’est pas allé les chercher, ceux-là.
89e : Aucune occase à signaler, et aucune véritable révolte côté lyonnais. D’ailleurs le virage nord n’encourage plus du tout son équipe et s’est lancé dans un drôle de jeu pour s’occuper.

 

81e : Et buuuuuuuuuuuuuuuuuuuut Moussa Dembélé ne tremble pas sur penalty. Et si, et si, et si…
80e : C’est ouf, il ne se passe absolument rien dans le jeu (Da Silva vient même d’entrer en jeu pour tenter de sécuriser un peu la défense lyonnaise. Mais Alfred Gomis trouve le moyen de faire une sortir cata pour démonter Dembélé, qui était réduit à une tête de galérien dos au but au point de penalty…
75e : Zéro intensité et plus de bruit dans le stade, le début du garbage time est officiellement lancé.
72e : Mine de rien, Toko Ekambi et Romain Faivre pistons, vous n’auriez même pas osé tenter ça sur votre console, si ?
70e : Petite déviation de Dembélé pour Kadewere qui bute sur Gomis. Comme il était finalement signalé hors jeu, toujours pas de premier tir cadré pour l’OL. Et zéro enflammade/énergie collective après la réduction de l’écart.
65e : Terrier et Majer qui sortent, Doku et Tait qui entrent. Effectif validé épisode 643 côté rennais.

 

64e : Dembélé a sévèrement déménagé Alfred Gomis au moment où le gardien rennais allait tranquillement relancer. Pas impossible que celui-ci soit diminué dans les prochaines minutes.
59e : Remooooooooooooooontada activée (on n’y croit pas un instant) ! Tête au second poteau de Toko Ekambi. Hamari Traoré se déchire et la pousse au fond, car franchement, elle semblait hors cadre.

 

56e : Sans surprise des « Mouillez le maillot… » et « Bougez-vous le cul » sortent du virage nord.
53e : Olalala quelle occase encore pour Rennes : 4 contre 2 en contre-attaque, oui oui 4 contre 2. Ça finit par un arrêt du pied de Lopes face à Laborde. Ca sent la rouste légendait au Parc OL tout ça.
48e : Et devinez quoi, buuuuuuuuuuuuuuuuuuut rennais ( again and again). Le pauvre Malo Gusto vient déjà de prendre un sacré vent en un contre un contre Terrier (à un poste qui n’est clairement pas le sien). L’ancien attaquant lyonnais s’offre une frappe monstrueuse en lulu de l’entrée de la surface. Quelle démonstration rennaise, c’est ouf !
47e : Moussa Dembélé hérite du brassard donc et on a droit à un nouveau dispositif tactique en 3-5-2 qui s’annonce WTF +++ avec Emerson et surtout Gusto en défenseurs centraux (aux côtés de Lukeba) alors qu’ils ont le profil de pistons offensifs dans un 3-5-2 normalement. Et donc le tandem Dembélé-Kadewere qui ne respire pas immensément le foot devant.
C’est reparti au Parc OL. Dieu sait qu’il y a eu des flops sur cette première période, mais les deux plus gros d’entre eux côté OL sont sortis : Dubois (comme d’hab) et Thiago Mendes (quasi comme d’hab). L’après Porto est vraiment dur pour eux. Choix très offensifs de Bosz puisque Gusto et Kadewere sont entrés.
C’est la mi-temps, avec des sifflets bien chargés de la part de tout le Parc OL. Quatre jours après la grosse victoire à Porto, personne n’imaginait un tel scénario aujourd’hui. On vous retrouve dans quelques minutes.

 

45e + 1 : + 1 : Buuuuuuuuuuuuuuuuuuuut rennais ! C’est incroyable ce qu’on vit sur cette première période ! La passe en retrait de Mendes pour Lopes est déjà pourrie. Mais que dire de celle de Lopes pour Lukeba derrière. Interception de Laborde, et ça enchaîne très vite dans la surface pour une conclusion de Majer. La lose est totale pour l’OL, face à un Genesio qui jubile devant son banc.
41e : Waaaaaaaaaaaaaaaaaaah on a failli avoir droit au but gag de la saison en Ligue 1. Sur un ballon anodin, Dubois balance une chandelle bien maladroitement en arrière. Lopes est tranquille dessus, sauf qu’il laisse échapper le ballon une fois en l’air. Il doit s’arracher pour revenir sur sa ligne empêcher le pire csc de sa carrière. Pfiouuuuuuu sacré frisson dans le stade sur ce coup.
40e : Toujours aucun tir cadré pour l’OL dans ce match, tout va bien.
37e : L’optimisme est donc de mise côté lyonnais après cette première période cauchemardesque.

 

35e : Enorme l’embrouille entre Aguerd et Gomis. Le gardien sénégalais est hypra remonté contre son défenseur central. Certes ça donne un corner pour l’OL, mais ça reste étonnant vu comment la première période rennaise est quasi parfaite.

 

31e : Il y a eu un pétard de 20 m largement à côté de Ndombele, puis là une frappe croisée excentrée et écrasée de Dembélé. Pas de danger de ouf pour Gomis donc jusque-là, loin de là. La maîtrise rennaise est vraiment impressionnante sur cette première période. Les joueurs offensifs lyonnais n’existent pas, hormis vite fait Paqueta.
27e : L’OL prend des vagues de folie : cette fois, superbe percée de Martin Terrier qui décale habilement Majer. Le Croate se présente face à Lopes, mais la vitesse n’étant pas sa qualité principale, il est repris en deux temps par un Lukeba inspiré. Tout est parti d'un énorme pressing sur Caqueret étouffé (le monde à l'envers).

 

25e : La voilà la grosse réaction lyonnaise : amour de contrôle aérien de Lucas Paqueta, qui déborde sur le côté gauche et centre pour Dembélé. Du pied gauche, en mode Trezeguet en finale d’Euro 2000, celui-ci reprend au point de penalty, mais ça passe au-dessus de la barre de Gomis.
23e : Mini (mini) réaction pour l’OL avec une action rapide. Ouverture de Thiago Mendes pour Dembélé. Celui-ci met 23 secondes à contrôler et frapper (largement au-dessus), mais il était de toute façon hors jeu au départ. Des sifflets commencent à bien résonner comme il faut là.
20e : Sur le coup franc qui suit, l’OL n’y est toujours pas dans les airs (pas plus au sol ceci dit) et Jonas Martin smashe un bon coup de casque. Cette fois, Lopes est dessus et fait un peu souffler son équipe, totalement à la rue depuis 10 minutes.
20e : L’OL n’a pas sorti la tête de l’eau depuis le double uppercut subi. Loin de là, puisque Tanguy Ndombele vient de passer pas si loin que ça de l’expulsion après un tacle énorme sur Santamaria. Jaune donc.
13e : Incroyable BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT rennais à nouveau. Totalement dans la foulée, sur un corner breton, Paqueta se manque complètement en renvoyant le ballon n’importe comment aux abords de la surface. Et surtout aucune réaction derrière pour gêner Santamaria, qui marque tranquillou de demi-volée, déviée par Paqueta au passage (tant qu'à faire). Et ben, quel cauchemar pour les Lyonnais cet enchaînement !
12e : Thiago Mendes est fou de rage et prend un carton au passage mais le VAR accorde bien l’ouverture du score rennaise.
11e : Et buuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut pour le Stade Rennais. Quelle attaque supersonique! Long dégagement de Gomis, Laborde est à la baston dans les airs avec Thiago Mendes. Anthony Gautier laisse jouer (pas de scandale), et le ballon revient sur Laborde, qui offre un caviar en profondeur à Bourigeaud. Ce dernier glisse le ballon sous le ventre de Lopes !
7e : Le premier geste mi-improbable, mi-incroyable de ce début de match est pour Benjamin Bourigeaud. Il hérite d’un centre de Laborde (qui a bien trop tergiversé au début de l’action), il foire complètement sa volée du droit, mais ça ricoche sur sa jambe d’appui et ça lève la balle. Derrière, il exécute un superbe retourné que Lopes détourne en s’arrachant en corner. Mais on oublie tout, il y avait hors jeu de Laborde au départ.
5e : Qu’est-ce que c’est propre sur chacune de ses interventions Aguerd jusque-là. L’une des vraies valeurs sûres de notre Ligue 1 maintenant.
3e : Début de match sans complexe des Rennais, qui prennent le contrôle du ballon. Après une très longue séquence de possession, ça se finit par une transversale totalement manquée de Santamaria à destination de Bourigeaud.
Et c’est parti pour ce match bien alléchant sur le papier. Plus qu’à confirmer ça sur le terrain.
17 h : Petit point formidable académie : l’OL a remporté son quart de finale de Coupe Gambardella juste avant contre Strasbourg (2-0) dans une belle ambiance, juste à côté sur le terrain du centre d’entraînement.

 

16h58 : A la présentation de la compo lyonnaise, Léo Dubois a (encore) eu droit à des sifflets bien fournis du stade aussi. Peter Bosz, qui y avait droit il n’y a pas si longtemps, est désormais laissé tranquille.
16h57 : La petite curiosité de la présentation des équipes, c’est de voir que Martin Terrier et surtout Bruno Genesio ont été sifflés par une bonne partie du virage nord. Aucune réaction de la part du reste du stade.
16h55 : Côté rennais, ça a évidemment aussi de la gueule pour le 11 de départ. A noter surtout que Genesio a privilégié Truffert à Meling pour débuter cet aprem.

 

16h50 : Nous voilà comme prévu en place dans le formidable outil. Alors que 50.000 spectateurs étaient attendus/espérés, on est plutôt face à 30.000 max là à un quart d’heure du coup d’envoi, strange… Allez, pas de surprise côté lyonnais, l’équipe archi type du moment est reconduite par Peter Bosz.

 

16h05 : Et hop, avant le coup d’envoi dans pile poil une heure, pour lequel nous serons avec vous au Parc OL, on vous laisse deux articles 20 Minutes de la semaine en lecture par ici. Il y a tout d’abord l’homme dont il sera beaucoup question cet aprem, le pur Lyonnais, qui sera pour la première fois sur le banc de touche visiteur, ce dimanche à Décines. On s’est interrogé avec mon collègue Camille, basé à Rennes, sur la légitimité que le coach de 55 ans était en train d’obtenir en Bretagne, grâce à un jeu reconnu comme bien plus collectif que durant ses trois ans et demi à Lyon.

Et puis avant le match Porto-OL, on s’était penché sur le cas Houssem Aouar, qui divise toujours beaucoup les supporteurs lyonnais. Allez, on se retrouve dans 45 minutes pour vous donner les compos de ce match tournant de Ligue 1.


 

Hello et bienvenue par ici les 20 Minutos ! Il est là, notre gros match de Ligue 1 du week-end qui vaut de l’or dans la quête aux places européennes, incroyablement disputées cette saison. De Nice (2e) à Lens (10e), il n’y a ainsi que 10 points d’écart, et l’OL (9e) compte ainsi bénéficier de cet extrême resserrement pour gratter des places dans ces 11 dernières journées du championnat. Pour filer jusqu’au podium, actuellement à 6 points ? En tout cas, la grosse perf des partenaires d’Anthony Lopes, mercredi en Ligue Europa , a rappelé à quel point cette équipe peut être compétitive dans les moments chauds. Ça tombe bien, avant le 8e de finale retour de C3 jeudi, les Lyonnais font face ce dimanche (17h05) à un véritable tournant de leur fin de saison en Ligue 1, en accueillant Rennes (4e à 5 points). Tout autre résultat qu’une victoire serait donc une bien mauvaise opération pour les joueurs d’un Peter Bosz qui devra une nouvelle fois se passer de ses deux défenseurs centraux les plus expérimentés : Jason Denayer (malade) et Jérôme Boateng (blessé). Sinaly Diomande et Rayan Cherki sont également blessés jusqu’à la fin de la saison. Du côté du Stade Rennais, il y a surtout le forfait de Sulemana (blessé), tout comme Badé, Ugochukwu et le gardien remplaçant Salin. Voilou, à tout vite par ici les amis.

>> Pour vibrer avec nous devant ce choc OL-Stade Rennais, rendez-vous par ici dès 16h50, avec un coup d’envoi à 17h05…