Coupe d'Europe : Montpellier se fait découper en Irlande (89-7) et bat le pire record pour un club français

RUGBY Le club héraultais avait envoyé ses remplaçants en Coupe d’Europe en Irlande. Il a battu le record de la plus grande fessée encaissée par un club français dans la compétition

Jérôme Diesnis
— 
Le logo du MHR (illustration).
Le logo du MHR (illustration). — N. Bonzom / Maxele Presse

Ça pique. Très fort. Montpellier a pris une rouste d’anthologie en Irlande en déplacement dans la province du Leinster, en  Coupe d’Europe. 89-7, c’est la plus grosse défaite jamais subie par un club français sur la scène européenne. Le record du CS Bourgoin-Jallieu au Leinster, est tombé : 92-17 en 2004… En Coupe d'Europe, le record tout court est détenu par Toulouse, vainqueur 108-16 des Gallois d'Ebbw Vale en 1998. Quant à Montpellier, jamais il n'avait subi pareille humiliation toutes compétitions confondues, effaçant des tablettes le 92-12 de la saison 2004-2005 contre le Stade français.

Montpellier s’est rendu en Irlande très diminué, en raison notamment des quelques absences liées au Covid. Mais aussi et surtout par volonté de faire tourner. Ngandebe, Willemse, Haouas, Camara, Paenga-Amosa, Forletta, Serfontein, Rattez, Bouthier ont regardé leurs partenaires se faire découper devant le petit écran. Dakuwaqa a par ailleurs été expulsé en fin de match.

Des Irlandais revanchards

La classe biberon montpelliéraine, à l’image du jeune centre Karl Martin qui faisait ses débuts en équipe première, a été envoyée au front face à des Irlandais quasiment au complet et revanchards. Le Leinster s’estimait lésé par la décision de l’ECPR (l’instance gérant les coupes d’Europe), au match aller.

Mi-décembre, les quadruples champions d’Europe, touchés par le Covid-19, n’avaient pu se rendre dans l’Hérault et avaient été battus sur tapis vert (28-0). Alors même que le MHR faisait à son tour l’objet de plusieurs cas de Covid-19 quelques jours plus tard. Puis l’ECPR avait décidé de reporter les oppositions entre clubs français et britanniques en raison de la flambée épidémique le week-end suivant. Sans revenir pour autant sur sa décision de sanctionner le Leinster…