Open d’Australie : L’affaire Djokovic « a été préjudiciable sur tous les fronts », estime l’ATP

POLEMIQUE Le joueur Serbe a gagné la première manche judiciaire et espère jouer le 17 janvier

20 Minutes avec AFP
— 
Novak Djokovic a remercié sur Twitter le 10 janvier 2022 le juge australien qui a révoqué l'annulation de son visa.
Novak Djokovic a remercié sur Twitter le 10 janvier 2022 le juge australien qui a révoqué l'annulation de son visa. — Twitter/DjokerNole

Premier set, Djokovic. La bataille judiciaire menée par Novak Djokovic pour pouvoir entrer sur le territoire australien et y disputer l’Open d’Australie a été « préjudiciable sur tous les fronts », a estimé l’ATP lundi après la remise en liberté du Serbe.

« La série d’événements qui a conduit à l’audience de lundi a été préjudiciable sur tous les fronts, y compris pour le bien-être de Novak et sa préparation à l’Open d’Australie », a déclaré l’instance dans un communiqué. Un juge a révoqué lundi l’annulation par les autorités australiennes du visa du joueur et ordonné sa sortie du centre de rétention pour migrants dans lequel il avait été placé à son arrivée dans le pays, sans vaccination contre le Covid-19. Le Serbe s’est immédiatement entraîné en vue de participer au premier Grand Chelem de la saison.

Vaccination « fortement » recommandée

« L’ATP respecte pleinement les sacrifices que le peuple australien a fait depuis le début du Covid-19 et les politiques d’immigration strictes qui ont été mises en place », a assuré l’instance. « Les complications survenues ces derniers jours concernant l’entrée des joueurs en Australie ont toutefois mis en évidence la nécessité de mieux comprendre, communiquer et appliquer les règles. »

Au sujet du N.1 mondial, l’ATP a affirmé qu'« en se rendant à Melbourne, il est clair que Novak Djokovic pensait avoir obtenu une exemption médicale nécessaire pour se conformer aux règles d’entrée ».

L’instance a toutefois conclu en recommandant « fortement » à tous les joueurs de se faire vacciner. « Cette recommandation se fonde sur des preuves scientifiques, des avantages pour la santé et sur la nécessité de se conformer aux réglementations internationales en matière de voyages », a indiqué l’ATP.

Une expulsion possible

« En dépit de tout ce qui s’est passé, je veux rester et essayer de participer à l’Open d’Australie. Je suis venu ici pour disputer l’un des plus tournois les plus importants devant des spectateurs incroyables », a affrimé le Serbe sur Twitter.

Mais à une semaine du début de l’Open d’Australie (17-30 janvier), Christopher Tran, un avocat du gouvernement, a prévenu que Canberra pouvait encore décider d’expulser le joueur, ce qui aurait pour conséquence de lui interdire toute entrée sur le territoire pendant trois ans. Djokovic ambitionne de s’offrir en Australie un 21e tournoi du Grand Chelem qui le placerait au sommet de l’histoire du tennis, devant ses rivaux historiques Roger Federer et Rafael Nadal.