Jérémy Mathieu, une puissante arme à gauche

Nicolas Stival

— 

Victime d'une déchirure à la cuisse gauche puis d'une lombalgie, Jérémy Mathieu a vécu un mois sans compétition avant son retour, samedi face à Nantes (1-0). Aussi vigilant qu'entreprenant, le latéral ou milieu gauche a réussi sa rentrée. « J'ai géré le match pour ne pas me griller », indique ce joueur polyvalent, aligné en défense contre les Canaris.

Un poste où il devrait terminer la saison, en raison de la suspension jusqu'au 1er juin de Cheikh M'Bengue. « C'est là que je me sens le mieux », confesse l'athlétique Franc-Comtois (1,90 m ; 82 kg) de 25 ans. « Fodé [Mansaré] revient bien au poste de milieu gauche, et Bryan [Bergougnoux] peut aussi jouer à cette place. Il y a moins de monde chez les latéraux. » Contre-attaquant rapide, précieux sur coups de pied arrêtés et de la tête, Mathieu sera un atout capital pour un TFC en course pour une qualification européenne, aussi bien en L1 qu'en Coupe de France, où il accueillera Guingamp mercredi en demi-finale. « Le titre de champion ? Cela va être difficile, prévient-il. Mais il y a moyen de faire quelque chose en L1. Sinon, j'ai déjà joué deux finales de Coupes de la Ligue avec Sochaux, une perdue [2003] et une gagnée [2004]. Aller au Stade de France, c'est toujours magique. Mais la Coupe de France, c'est encore autre chose. C'est la compétition la plus ancienne, c'est pour ça qu'on y est attachés. »

Sur le plan personnel, après un exercice 2007-2008 plombé par une fracture du pied, Mathieu réussit une splendide saison. « Je m'éclate avec mes coéquipiers et je vais essayer de m'éclater jusqu'à la fin. Après, on verra... » Libre en juin, l'excellent gaucher est très courtisé, notamment par... Toulouse qui lui a proposé une prolongation de contrat et lui a demandé une réponse rapide. « J'ai besoin d'attendre, je n'ai pas envie de me tromper, réplique l'intéressé, au club depuis quatre ans. Je me prononcerai vraiment en fin de saison. » Il n'aura alors que l'embarras du choix. ■