A l'OM, les bannis reviennent à tire-d'aile

FOOT Grâce à Zenden, Mears et Civelli, l'OM se remet à rêver...

Sandrine Dominique

— 

Le Jamaïcain Tyrone Mears au dessus de la mêlée des joueurs marseillais lors du match Marseille - Nantes, le 21 mars 2009.
Le Jamaïcain Tyrone Mears au dessus de la mêlée des joueurs marseillais lors du match Marseille - Nantes, le 21 mars 2009. — SIPA

Coaching gagnant. Parfois décrié pour ses choix, Eric Gerets a réussi le coup parfait, samedi, face à Nantes (2-0). En faisant rentrer dès la reprise Zenden et Ben Arfa sur les ailes à la place de Niang et Koné, l'entraîneur a élargi le jeu et lui a fait gagner en vitesse. Les deux ailiers ont déstabilisé le bloc nantais par leurs débordements permettant à l'OM de scorer par deux fois. «Compliments à Zenden et Ben Arfa. Ils ont fait basculer le match», a ainsi souligné Gerets.

Détonateur de la rencontre avec ses deux passes décisives, Zenden est l'Olympien en forme du moment. Relancé cette année par le coach après une saison plutôt décevante, le Néerlandais semble, à 32 ans, retrouver l'impact, la vitesse et la vista qui lui avait permis d'évoluer dans les plus grands clubs européens (Barcelone, Chelsea, Liverpool).

Mears en héros

Et en ce printemps, les renaissances sont nombreuses à l'OM. Il y a Tyrone Mears. Cantonné au rôle de doublure de Bonnart, le latéral aura dû attendre la blessure de ce dernier pour enfin faire son apparition dans l'équipe. Héros, mercredi à Amsterdam, lors de la qualification en quart de finale de l'UEFA, le Jamaïcain «s'améliore de match en match», dixit Gerets.

Autre banni à effectuer un retour tonitruant : Renato Civelli. Lui, à qui le coach a longtemps préféré Zubar en charnière centrale, devient indispensable. «Mais je ne me considère pas comme un titulaire. On est cinq défenseurs et on a tous notre chance, confie-t-il. Je suis peut-être juste un peu plus mature qu'avant.» Buteur face à Nantes, l'Argentin a également montré que l'OM pouvait compter sur lui en attaque.

«Je compte sur tout le monde»


Sans oublier Brandao, auteur de son 2e but samedi, et dont le travail offensif et défensif n'est pas pour rien dans le renouveau marseillais ces dernières semaines. Mis au placard ou critiqués, les bannis tiennent peut-être leur revanche. Et c'est ce groupe élargi qui pourrait faire la force de l'OM en cette fin de saison. Le coach l'a assuré: «Je compte sur tout le monde.»